ALL TALK AND NO SEX

anigif_enhanced-2738-1405964154-1

Du haut de mes 22 ans et une seule relation romantique à mon actif (Il s’est passé qu’une personne a eu la folie de s’intéresser à moi et maintenant, il est coincé à vie. haha.), je pense avoir la prétention de vous donner des conseils pour votre couple. J’ai tellement de sagesse après un an et 10 mois de relation. (oui, je compte. C’est long. Je sens vraiment le temps passer. 1 an et 10 mois, c’est une éternité pour n’importe qui de mon âge)

Je vais vous partager ma science infuse concernant les relations longue distance car j’ai eu la chance d’en vivre une après seulement 5 mois de relation. Pour ma première relation, j’ai eu le droit à tout.

Donc une relation longue distance, nope.

Fin de l’article. Boom.

Si vous êtes naïfs ou bien avec une personne très, très spéciale (elle a intérêt à être particulièrement spéciale pour que vous vous infligez cela volontairement), voici ce que j’ai appris de ma relation longue distance de 8 mois :

1- BLABLABLA…

tumblr_m5zq7gsYK91qzwgnko1_500

Vous allez parler. Beaucoup. Trop. Pour ne rien dire en plus. Mais c’est absolument essentiel. What’s App et Skype (et leurs dérivés) sont vos meilleurs amis. Vous allez souvent vous parler tout seul s’il existe un décalage horaire dans cette relation longue distance. Je ne me suis jamais autant sentie schizo et sans amis que lorsqu’il était à Paris et moi, à Toronto. (6h de décalage.) Il dormait quand il était 18h chez moi. Je me réveillais quand il était 15h à Paris. Nous étions tous les deux éveillés pendant 9 heures environ. Sauf que pendant ces 9 heures, j’avais cours et il travaillait ou sortait. Nos messages étaient une narration complète de tout ce qu’on faisait. Et le pire, c’est que j’étais vraiment intéressée par le fait qu’il avait eu son morning meeting, qu’il buvait son café ou qu’il attendait le BART. Tout simplement parce que j’avais besoin de le visualiser, d’imaginer son quotidien, comme une façon d’être plus proche sans jamais vraiment l’être.

2- SEXT !

Lire autant de Harlequins et de fanfictions smut durant mon adolescence a enfin porté ses fruits ! Il s’avère que je suis assez douée pour trouver plein de synonymes de pénis. Personnellement, j’ai trouvé que sexter était assez amusant et important pour retrouver un semblant de cet aspect de notre relation.

Je ne vais pas rentrer dans les détails car PERSONNE ne veut lire ça. Mais je me suis aussi beaucoup servie de Snapchat à des fins plus graphiques. En particulier les soirs où je rentrais particulièrement euphorique (à comprendre : complètement ivre) d’une soirée.

3-RETROUVAILLES !

anigif_enhanced-28168-1405926766-5

Les retrouvailles valent presque la peine d’être dans une relation longue distance. Presque. J’ai eu le droit à trois retrouvailles pendant cette relation :

1- Retrouvailles à SF (Winter Break)

J’étais extrêmement anxieuse et nerveuse. J’avais peur que ce ne soit plus comme avant, que ce soit bizarre, awkward. Je ressentais plus d’anxiété que d’excitation car je suis juste ce genre de personne pour qui l’anxiété est capable de prendre le dessus sur tout. Je me rappelle d’avoir pris un avion de Toronto à Los Angeles où j’ai fait une escale pendant 1H30. Et j’ai ensuite pris un avion de Los Angeles à San Francisco pendant 1h. Je n’ai pas vraiment eu le temps d’être anxieuse lorsque j’ai atterrit à San Francisco. Explication : j’étais persuadée que j’allais le voir après avoir récupéré mes bagages. Donc j’avais encore quelques instants à moi avant de mourir d’anxiété. Sauf que non. J’ai passé une porte, et je l’ai vu. Il attendait tout seul. Je n’ai pas eu à le chercher dans une foule. Il était là, il a souri en me voyant et toutes mes inquiétudes se sont dissipées. Juste comme ça.

Et en effet, ce n’était pas comme avant. C’était mieux.

2- Retrouvailles à SF (Spring Break)

Nous n’étions pas censés nous retrouver une seconde fois à SF. Il devait venir à Toronto pour me voir, et on serait peut être allés par la suite à New York. Sauf qu’il n’a pu prendre que 3 jours de congé alors que j’avais 10 jours car j’étais en spring break. En gros, on avait le choix entre 5 jours ensemble à Toronto et 10 jours ensemble à SF. On a privilégié la quantité, et il n’était pas vraiment équipé pour le Grand Nord de toutes façons.

Ces deuxièmes retrouvailles étaient beaucoup plus détendues pour moi. Je savais à quoi m’attendre. Et pourtant, cela ne m’a pas empêché de sourire jusque là et de courir dans ses bras quand je l’ai vu.

3-Retrouvailles (définitives) à Paris

J’étais rentrée un dimanche et je me rappelle de l’avoir vu le lendemain après son travail. Je devais le retrouver chez lui. J’étais arrivée un peu en avance et je l’avais vu sur le chemin. Juste devant moi. Mais je n’ai pas voulu l’interpellé car je voulais avoir ce moment, ce moment afin de me préparer émotionnellement. Donc j’ai ralenti le pas jusqu’à ce qu’il soit rentré chez lui.

Je sonne à l’interphone, il m’ouvre. Et il m’attend au seuil de la porte le temps que je monte les escaliers. Quand je le vois, il me sourit comme à chaque fois qu’il me retrouve. Nous avons toujours ce même rituel lorsque je passe chez lui. Et j’espère vraiment qu’il sourira toujours quand il me verra.

4- HELLO DARKNESS, MY OLD FRIEND.

tumblr_mgyd4lpvk41qb5jjpo2_500

 Je n’ai jamais autant pleuré que lors de cette relation longue distance. A chaque fois qu’on se séparait, ça me brisait le cœur. Je le quittais, et je me retrouvais seule à l’aéroport à faire toutes les formalités. J’avais passé une dizaine de jours constamment avec quelqu’un, et je me retrouvais subitement seule. C’était très difficile. Je rentrais dans ma résidence pour faire face à une chambre si vide. A chaque fois que je rentrais, j’étais très déprimée durant les premiers jours. Je me sentais tellement seule. Je pleurais tous les soirs en me demandant si ça allait s’arrêter un jour. Et bien sûr, cela s’arrête un jour.

Si je devais refaire une relation longue distance, je le referai si cela veut dire rester avec lui. Mais j’espère vraiment, vraiment ne plus devoir refaire une relation longue distance.

I’m just having an allergic reaction to the universe.

acf67b40-bb7d-0132-9a57-0e01949ad350

Il est très grand. Il est brun. Il a les yeux bleus. Il a un visage symétrique. Il s’habille bien. Il est sportif. Et il est dans ma classe.

Mais je m’en fiche car il est trop grand, trop sportif, pas assez barbu et il n’a pas les yeux marrons-verts. Donc meh.

Un jour par inadvertance, on déjeune ensemble.  On se parle pour la première fois. Depuis ce déjeuner, on se salue rapidement lorsqu’on se croise. On se parle parfois pendant les pauses. On devient amis sur Facebook. Il m’envoie des messages concernant les cours puis petit à petit des messages qui ne concernent plus tellement les cours.

Ironie du sort, n’est ce pas ? La Moi du Passé aurait tué pour un tel scénario. Et qu’ai je fait pour mériter cela ?

R I E N.

Pas de stalking. Pas de tergiversations. Pas de plans.

Voilà ce que j’aimerais dire à la Moi du Passé et à celles d’entre vous avec des crushs, ne faites rien. Absolument rien.

Je sais que c’est difficile. C’est facile de s’en foutre quand on est avec le garçon le plus intelligent, drôle, mignon et gentil. C’est facile de ne pas avoir de multiples crushs sur des gens qu’on ne connaît pas vraiment quand on est dans une relation où chacun gratte le dos de l’autre en regardant Jessica Jones (REGARDEZ JESSICA JONES ! ! !), où on se raconte des histoires avant de s’endormir et où regarder l’autre fait sourire niaisement. (Surtout quand il dort. Oui, je fais partie de ces gens super creepy. Bien sûr que je fais partie de ces gens.)

Je tenais à écrire un article sur cette petite situation car je sais que la Moi du passé aurait tellement aimé.

If you’ve got it, flaunt it. And if you don’t got it? Flaunt it.

Soyons réalistes, il y a très peu de chances que je finisse mon Reading Challenge pour la deuxième année consécutive. C’est triste mais c’est ainsi. J’ai accepté ce fait. Le but de ce challenge n’est pas tant de lire 100 livres, mais plus de se motiver à lire le plus de livres possible. J’ai toujours une ou plusieurs lectures en cours. Il n’y a pas un moment dans ma vie où je ne suis pas plongée dans un livre. Mais il s’avère qu’une lecture me prend plus de temps qu’auparavant car j’ai moins de temps à consacrer à la lecture. J’ai beaucoup de travail depuis que je suis en Master. Un peu naïvement, j’étais un peu prise au dépourvue par la quantité de travail. Alors que cela semble juste logique. Je vois un peu moins mes amis. D’une part, parce que ma meilleure amie se trouve à l’autre bout de la Terre et d’autre part, parce que mes autres amis sont des adultes avec un vrai travail qui cherchent à acheter (oui, acheter !) un appartement. Je me sens un peu déphasée. Je pense que ce malaise fera l’objet d’un article. Je vois autant que possible mon BF, ce qui n’est pas autant que je voudrais car on est tous les deux assez occupés par les cours. Et le reste du temps, je lis. Donc vous pouvez constater par rapport à ma progression Reading Challenge que le reste de mon temps est infime.

READING CHALLENGE 2015 : AUGUST & SEPTEMBER 2015

Why Not Me ? by Mindy Kaling (x)

 “Work hard, know your shit, show your shit, and then feel entitled. Listen to no one except the two smartest and kindest adults you know, and that doesn’t always mean your parents. If you do that, you will be fine.”
J’avais adoré le premier livre de Mindy Kaling : Is Everyone Hanging Out Without me ? Il reste à ce jour mon mémoire de célébrité préféré. Je n’en ai pas lu tant que ça. Il faut que j’aime vraiment la célébrité en question pour lire son mémoire. J’ai lu ceux de Mindy Kaling, Tina Fey et Amy Poehler. Celui de Lena Dunham se trouve dans ma pile métaphorique de livres à lire. Mindy Kaling est indéniablement talentueuse. Et de tous ses talents, l’écriture reste selon moi sa plus grande force. J’ai lu Why Not Me ? en un weekend, et j’étais pourtant occupée. Mindy Kaling a une voix unique, reconnaissable dès les premières lignes. Son premier mémoire était centré sur son enfance, adolescence et ses débuts en tant que jeune adulte. Ce mémoire se focalise sur tout ce qui s’est passé après. Et il s’est passé beaucoup, beaucoup de choses pour Mindy Kaling après la sortie de son premier mémoire, assez pour en écrire un deuxième. J’admets que le second mémoire est un peu moins épais que le premier. J’ai préféré le premier car il me parlait. Quand Mindy abordait le sujet d’une adolescente mal dans sa peau de minorité ethnique avec très peu d’amis, ça me parle un peu plus que lorsque Mindy me parle d’être une actrice en charge de sa propre série. Mais le deuxième mémoire de Mindy Kaling est très drôle, facile à lire et très difficile à reposer. Il est mon deuxième mémoire préféré de célébrité. Et j’ai hâte de lire son prochain livre qu’elle va co-écrire avec B.J Novak qui possède également une très bonne plume, bien que très différente de celle de Kaling. Et oui, je suis aussi excitée par ce livre parce que B.J NOVAK & MINDY KALING. <3 <3 <3 (Fangirl, un jour. Fangirl, toujours.)
Madame Bovary by Gustave Flaubert (x)
« Pourquoi déclamer contre les passions ? Ne sont elles pas la seule belles choses qu’il y ai sur la terre, la source de l’héroïsme, de l’enthousiasme, de la poésie, de la musique, des arts, de tout enfin ? »
Oui, je n’avais encore jamais lu Madame Bovary. Non, je ne l’ai pas lu car une adaptation de ce classique va bientôt sortir en salles. Pure coïncidence. Je ne suis vraiment pas à jour dans mes classiques. Il y a tellement de livres que tout le monde a lu et que je n’ai pas lu. Et vice versa, cf mon Reading Challenge 2012 et tous les YA et romances chelous que j’ai lus. Je connaissais l’histoire de Madame Bovary car j’ai eu des cours de Français comme tout le monde. Et il est assez courant d’étudier quelques extraits de ce classique. Je ne lis pas beaucoup de romans français contemporains. Je ne saurais pas trop où commencer. Pourtant, je veux vraiment lire plus de livres écrits en Français. Il y a un léger décalage entre le nombre de livres que je lis en Anglais et le nombre de livres que je lis en Français. Ce que je trouve regrettable donc j’essaye d’arranger ça en ayant toujours un classique français sous la main. J’ai bien aimé sans être transportée. J’ai pris beaucoup de temps pour le lire. J’aime bien lire des classiques dans le contexte des cours. Après, de moi même, j’ai dû mal à vouloir faire cet effort d’analyse. J’ai juste envie de lire, oublié pour un temps où je suis. C’est probablement une manière de lire un peu passive.
Seconds by Bryan Lee O’Malley (x)
“Adult life is terrible, Hazel. Never grow up. Everything’s complicated, and there are too many rules …”
J’ai vu le film Scott Pilgrim bien avant les romans graphiques. Cela m’a mis un peu de temps avant de me mettre à lire les Scott Pilgrim malgré le fait que j’avais bien aimé le film. Je n’étais pas spécialement attirée par le dessin de Scott Pilgrim. J’ai commencé à lire Scott Pilgrim lorsque j’étais à Toronto qui se trouve être la ville où se déroule Scott Pilgrim. Donc sans préméditations, j’ai lu Scott Pilgrim au moment idéal. J’adorais reconnaître tous les décors de Scott Pilgrim. OMG ! C’est Sneaky Dee’s ! (un bar pas loin du campus d’UofT) J’attendais Seconds avec un peu d’impatience. En effet, Bryan Lee O’Malley n’avait rien publié depuis Scott Pilgrim. Et les critiques étaient plutôt positives donc j’avais hâte lire Seconds. Et je n’ai pas été déçue. On retrouve l’humour de Scott Pilgrim mais de manière plus atténuée, ce qui n’est pas nécessairement péjoratif car Scott Pilgrim partait un peu dans tous les sens. Je trouve le dessin de Seconds adorable. Les personnages sont très attachants. L’histoire repose sur les secondes chances et ce qu’on ferait différemment si on avait le droit à une seconde chance. Ce genre d’histoire ne vous est probablement pas inconnu. Mais Bryan Lee O’Malley apporte quelques touches d’originalité à cette histoire un peu vue et re-vue.
Saga # 1, 2, 3, 4, 5 by Brian K. Vaughan & Fiona Staples (x)
 Une fille de ma classe de Graphic Novel à UofT était obsédée par cette série de comics. Et comme elle avait l’air super cool et nerdy (un peu comme la grande majorité des élèves dans ce cours.), je me suis dit qu’il fallait que je les lise aussi pour être aussi cool qu’elle. Il s’avérait que Saga n’est pas le petit comics indie que j’imaginais. C’est genre super populaire. Et ce n’est pas par hasard. Saga n’est pas spécialement le genre de comics vers lequel je vais de moi même. Mais je suis contente d’avoir commencé cette série de comics. C’est très originale, drôle, intelligent, pertinent, bizarre, émouvant. Il y a déjà pas mal de numéros qui sont sortis. J’ai donc plein de Saga à lire. J’adore ce moment où j’ai plein de numéros à rattraper. Et je déteste ce moment où je suis à jour et où j’attends impatiemment la sortie de chaque numéro.
 Reading Challenge 2015 : Janvier, Février, Mars (x), Avril & Mai (x), Juin & Juillet (x)
Reading Challenge 2013 (x), Reading Challenge 2014 : (x)

You belong among the wildflowers.

« Go away somewhere all bright and new
I have seen no other
Who compares with you »

Ma meilleure amie part demain au Japon.

Je suis contente pour elle car je sais qu’elle a toujours été passionnée par ce pays et sa culture. Elle aura la chance de découvrir ce pays pendant une année. Elle a pris des cours d’introduction au japonais l’année dernière lors de son année Erasmus. Ce qui a renforcé son goût pour ce pays, sa langue et sa culture. Cela va être une expérience formidable pour elle.

Mais elle part un an au Japon. Une année entière sans meilleure amie. Bien sûr que l’on sera toujours en contact via Skype ou What’s App comme on l’a très bien fait l’année dernière. Sauf que l’année dernière j’avais peut être 15h de cours et un emploi du temps arrangeant par rapport au décalage horaire. Ce qui ne sera pas forcément le cas cette année. Je sais qu’on peut toujours faire du temps quand on le veut vraiment. Et je le veux vraiment.

Mais cela reste effrayant de ne plus avoir cette personne qui est ma constante. Cette personne qui est toujours là pour moi. Cette personne qui me tolère même dans mes pires moments. Cette personne qui comprend toutes mes références. Cette personne qui me comprend toujours. J’ai très peu de certitudes dans la vie. Je ne sais pas si je vais réussir à passer en M2. Je ne sais pas si cette voie va me plaire. Je ne sais pas si je serai toujours avec mon petit ami. Mais je sais que ma meilleure amie sera toujours ma personne.

Après son année à Edinburg, ma meilleure amie ne se voyait pas faire un master. Et je l’ai encouragé à faire la seule chose qu’elle avait vraiment aimée pendant son année, c’est à dire apprendre le japonais. Des gens vont penser qu’elle évite de faire face à son avenir incertain en partant vers une nouvelle contrée, qu’elle prend une année sabbatique, qu’elle ne sait pas ce qu’elle veut faire de sa vie. Et peut être que toutes ces choses sont un peu vraies. Et alors ? Elle est jeune, elle a obtenu sa licence, pourquoi ne pas prendre une année pour réfléchir à ce qu’elle veut faire de sa vie ? Et peut être qu’elle trouvera sa réponse au Japon. Peut être que je suis naïve de penser ainsi. Je n’ai pas envie de penser que toutes nos actions devraient nécessairement avoir une fin pragmatique. Je trouverais ça triste.

Ce n’est pas facile de ne pas avoir ma meilleure amie à mes côtés en particulier cette année. C’est une année de transition pour moi. Je suis en M1 dans une nouvelle fac. Cela a été difficile pour moi de retrouver le système français après avoir étudié au Canada. Donc je ne sais absolument pas ce que cette année académique va donner. Du côté personnel, c’est mon premier automne et hiver avec mon BF dans une même ville. On a jamais passé une année complète dans la même ville. Peut être que notre relation a duré plus d’un an et demi, justement parce qu’on était loin l’un de l’autre pendant 8 mois. Cela ne semble pas logique. Mais qui sait ? Avec ma meilleure amie partie, mon BF devient mon seul meilleur ami à proximité. C’est un peu effrayant car je dépends émotionnellement de lui. J’ai une tendance à toujours prévoir le pire scénario pour être prête au cas où. Terrible stratégie inefficace et déprimante que je ne conseille pas. Mais dans le pire scénario, je n’aime pas ce que j’étudie, je ne parviens pas à faire ce que je veux, mon BF rompt avec moi, ma meilleure amie est au Japon, et je me retrouve complètement seule. J’ai peur de ce scénario. Et pourtant, je sais que toutes ces choses plutôt communes peuvent arriver et que c’est loin d’être la fin du monde. Mais je ne sais pas si je serais assez forte pour continuer à avancer si toutes ces choses m’arrivaient.

Je me répète que je suis une femme forte, intelligente et sensuelle et que tout ira bien. Et un jour, je finirai bien par le croire.

Ma meilleure amie part demain au pays du soleil levant. Et je suis à la fois triste et contente. J’ai juste envie qu’elle soit heureuse car c’est tout ce qui compte pour moi. Et si c’est aller au Japon qui la rend heureuse, je ne peux que prendre sur moi et lui souhaiter un bon voyage. Mais elle va tellement me manquer.

« You belong among the wildflowers
You belong somewhere close to me
Far away from your trouble and worry
You belong somewhere you feel free »

Perhaps everything that frightens us is, in its deepest essence, something helpless that wants our love.

J’ai le sentiment que je me répète. Mais non, ce blog n’est pas encore à l’abandon. Il s’avère juste que j’ai passé mes vacances d’été dans un bureau. Super destination ! Je recommande. En dehors du bureau, je préférais consacrer mon temps libre à fixer un garçon avec de beaux cheveux ou bien encore bitcher avec une autre personne possédant également de beaux cheveux autour d’un verre ou dans un parc. De beaux cheveux semble être un critère essentiel dans mes amitiés et plus. Ce qui est, je réalise, discriminatoire. C’est juste que j’ai l’impression que je m’entends mieux avec les gens qui ont de beaux cheveux en général.

Vous savez ce que j’ai fait d’autre cet été ? J’ai lu ! J’avais un peu de temps pour lire, notamment durant mon trajet en transport en commun. J’avais peut être 1h de transport en commun, aller et retour, par jour. Je lisais peut être 30 minutes par jour. (Je passais les 30 autres minutes dans le métro à dormir. Je dors n’importe où. Dans le métro, à mon bureau, en cours, etc…)

Je suis extrêmement en retard dans mon Reading Challenge. J’ai 20 livres de retard mais j’y crois toujours ! J’ai également beaucoup de retard dans mon Movies Challenge (100 films en 2015). Je suis un échec ! Ne me regardez pas !

READING CHALLENGE 2015 : JUNE & JULY 2015

The Secret Diary of Lizzie Bennet by Bernie Su and Kate Rorick (x)

“Two parts of me have been at war. Your odd family, your financial troubles- your in a different world from me. People expect me to travel in certain circles. And I do respect the wishes of my family, but not today. I’ve tried to fight it for months now, but Lizzie Bennet… I’m in love with you.”
ENFIN ! Je sais ! Je ne sais pas pourquoi cela m’a pris autant de temps. Tout le monde connaît mon amour pour The Lizzie Bennet Diaries. Et pourtant, il m’a fallu tellement de temps avant de lire son journal, et LA LETTRE de Darcy ! N’étais je point curieuse de ce que Darcy avait bien pu écrire dans LA LETTRE ? Si, bien sûr. J’avais offert ce livre à ma BFF pour son anniversaire. (ce livre et bien d’autres choses, bien sûr. Je tiens à préciser car j’ai une réputation de personne qui fait des cadeaux si géniaux que cela culpabilise les gens.) Donc je l’ai offert à ma BFF l’été dernier puis elle est partie en Angleterre et je suis partie au Canada. Et je comptais le lire après qu’elle l’ait fini. Non, je n’offre pas de livres pour les lire avant puis les emballer et les offrir. C’mon. Je ne suis pas ce genre de personne. Je suis encore un peu décente. J’ai donc pu lire ce livre une fois que ma BFF fut rentrée d’Edimbourg. C’est à dire au mois de Juin. Je pensais que ce livre serait une novélisation des vlogs de Lizzie. Mais j’ai été agréablement surprise de découvrir que ce roman fonctionnait davantage comme un compagnon au vlog de Lizzie. Le roman complète et explique ce que le vlog ne peut dire. La voix de Lizzie dans le roman était parfaite. Ce journal m’a fait atrocement manqué The Lizzie Bennet Diaries. Il m’a fait manquer la période où je ne vivais que pour les lundis et jeudis après midis, où j’étais tout excitée rien qu’en cliquant sur le lien Youtube et où je re-visionnais la vidéo deux ou trois fois. J’ai peut être regardé l’intégrale de The Lizzie Bennet Diaries trois fois en l’espace de peu de temps. Je trouve cette websérie incroyablement réconfortante et familière et Lizzie, tellement vraie et parlante. Pour des conditions optimales, vous devriez lire le roman accompagné des vlogs.
 Modern Romance by Aziz Ansari (x)
“When I’ve really been in love with someone, it’s not because they looked a certain way or liked a certain TV show or a certain cuisine. It’s more because when I watched a certain TV show or ate a certain cuisine with them, it was the most fun thing ever.”
Un livre écrit par un comédien et qui n’est pas un mémoire ? Intéressant. J’attendais Modern Romance avec beaucoup d’impatience pour deux raisons : le sujet mêlé à la voix hilarante et perspicace d’Aziz Ansari. Tout d’abord, si vous avez l’occasion d’écouter l’audiobook, écoutez l’audiobook. Aziz Ansari lit le livre et c’est encore plus drôle. Les rencontres amoureuses, la façon dont on sort avec les gens, l’engagement entre deux personnes ont définitivement évolué. Le principal responsable de ce changement est la technologie et en particulier les choix infinis que semble nous offrir cette technologie. J’étais impatiente à l’idée d’en apprendre plus sur la romance moderne, un sujet de prédilection que l’on retrouve beaucoup dans les derniers stand ups d’Aziz Ansari. Et bien que ce fut une lecture agréable, drôle et rapide, je n’ai rien appris que je ne savais pas. Mis à part peut être que la notion de culture romantique est différente dans certains pays, comme au Japon par exemple. Je me doutais bien que c’était différent mais je ne savais pas à quel point. A la fin de ce livre, je me suis rendue compte que cela devait être fun et excitant d’être célibataire en cette période où les choix et rencontres semblent infinies. Et peut être que je manque quelque chose. Cependant, cela semble également extrêmement frustrant et parfois superficiel de rencontrer beaucoup de gens sans que ça n’aboutisse à un lien plus profond. Et j’ai plutôt de la chance d’avoir trouvé quelqu’un avec qui je suis incroyablement heureuse même lorsqu’on ne fait rien à part regarder Netflix.
Go Set a Watchman by Harper Lee (x)

“Prejudice, a dirty word, and faith, a clean one, have something in common: they both begin where reason ends.”

L’éditeur veut vendre ce livre comme la suite de To Kill A Mockingbird. Ça me dégoûte. Ce n’est pas une suite. C’est un brouillon qu’Harper Lee a écrit avant même To Kill A Mockingbird. Et honnêtement, je trouve que tout ce qui entoure la publication de ce livre est louche. Déjà si j’ai tout bien compris, Harper Lee n’est pas forcément dans un état mental stable pour prendre des décisions. Et à sa place, je serais mortifiée si le monde lisait un brouillon de quoi que ce soit que j’ai pu écrire. Un brouillon n’est jamais bon même si vous êtes Harper Lee.  Donc non, Go Set A Watchman n’est pas un très bon livre. Il est brouillon car c’est un brouillon. J’ai été mal à l’aise pendant la lecture de ce livre qui apparaissait de plus en plus comme une exploitation abjecte de l’auteure mais aussi d’un classique de la littérature américaine. Je l’ai lue car To Kill A Mockingbird est un des mes livres préférés et j’étais curieuse. Je pense que je ne pouvais décemment parler ou juger  ce livre sans même l’avoir lu. Je vous conseille de ne pas le lire mais je comprends que l’on soit curieux et que l’on veuille retrouver cet univers et ses personnages.

Understanding Comics by Scott McClouds (x)
 “Art, as I see it, is any human activity which doesn’t grow out of either of our species’ two basic instincts: survival and reproduction.”  
J’avais lu le mois dernier The Sculptor de cet auteur et ce roman graphique m’avait juste époustouflé. Notamment l’aspect graphique. Par conséquent, je me suis intéressée à d’autres œuvres de cet auteur. Et c’est ainsi que je me suis retrouvée à lire Understanding Comics qui est un guide en comics afin de comprendre les comics, souvent perçus comme un sous genre alors que ce genre est vraiment complexe et codifié de manière imperceptible car cela semble naturel ou évident mais c’est un véritable code. En lisant ce guide sous forme de comics, j’ai revu beaucoup de notions que j’avais déjà vues en cours de « The Graphic Novel » (Meilleur cours de littérature ever !) cette année. J’ai également beaucoup appris et ce de manière intéressante et clair. Le medium utilisé par Scott McCloud afin d’expliquer les comics fait une véritable différence. Expliquer les comics par un comic : existe t-il meilleur moyen ? Si vous voulez en savoir plus sur les comics, je vous recommande chaudement ce roman graphique.
Letters to a Young Poet by Rainer Maria Rilke (x)
« Perhaps all the dragons in our lives are princesses who are only waiting to see us act, just once, with beauty and courage. Perhaps everything that frightens us is, in its deepest essence, something helpless that wants our love.”
 Comme le titre l’indique, il s’agit d’un roman épistolaire. J’ai commencé ce livre car Lena Dunham l’avait encensé comme le livre qui l’avait inspirée quand elle était plus jeune. J’avais envie de lire de jolis mots et de jolies phrases donc j’ai commencé ce livre court. Et je voulais aussi avoir, comme Lena Dunham,  ce moment d’inspiration et d’épiphanie. Mais ce moment n’est pas venu. Je n’ai pas écrit des scénarios pour des films indie ou écrit le pitch pour ma série racontant ma vingtaine tumultueuse après la lecture de ce livre. Nope. Mais j’ai pu lire de jolis mots et de jolies phrases donc c’est déjà ça. Et j’ai vraiment envie de lire plus de poésie. C’est un genre que j’ai envie d’explorer davantage. Je suis ouverte à toutes recommandations. Vous savez où se trouve la section commentaires. lol. J’écris comme si des gens lisaient encore mon blog. Ce blog est devenu un peu schizo. Je me parle toute seule et tout.
Bon dans la moindre chance qu’une personne me lit encore et reprend le chemin de l’école tout comme moi, bonne rentrée !
 Reading Challenge 2015 : Janvier, Février, Mars (x), Avril & Mai (x)
Reading Challenge 2013 (x), Reading Challenge 2014 : (x)