Although I did have an imaginary friend, who my parents actually preferred.

« Mes parents n’ont jamais été fiers de moi. »

C’est une phrase cliché. Et pourtant si elle est clichée, c’est qu’elle a un fond de vérité non ?

Aujourd’hui, j’ai eu mes résultats tant attendus de mon bac de français. Cela fait 12 jours que j’attends depuis l’oral du 30 juin que j’ai brillamment réussie malgré ce que je pensais. Apparemment mon trac ou mon humour a dû la toucher. Parce que jamais, au grand jamais, je n’avais envisagé d’avoir 18/20. A l’oral du bac blanc, je n’avais eu que 11,5/20 alors là avoir 18/20, c’est juste choquant. J’ai passé 12 jours à prier alors que je ne suis pas croyante. Quand je commence à prier, je me dis que je suis désespérée et que j’ai juste besoin d’avoir foi en quelque chose.

Ensuite, j’ai eu 18/20 à mon T.P.E sur les vampires. Je m’attendais à une note proche de celle ci parce que je me suis tellement éclatée à le faire. J’étais tellement investie dans ce sujet, tellement intéressée, et tellement fascinée. C’était un TPE qui devait regrouper deux matières : le français et la SVT. Je me suis occupée de toute la partie littéraire, et c’est à peine si j’ai lu la partie scientifique donc j’avais très peur qu’on me questionne là dessus. L’oral du TPE était très sympa. On s’était déguisés, on a fait une sorte de petite pièce de théâtre. C’était très amusant.

Mais comme la vie n’est pas parfaite, je n’ai pas eu une très bonne note à l’écrit de français. Ce qui ne m’était jamais arrivée au cours de l’année ! Donc oui, je suis assez déçue. Ce qui ne m’a pas empêché d’écrire un e-mail à ma prof de français pour lui dire mes résultats. Ça fait un peu kiss ass mais sincèrement ces 18/20, c’est uniquement grâce à elle. Elle a tellement participé au TPE, plus qu’elle n’était autorisée. Elle nous l’a relu, corrigée, dit ce qui n’allait pas à l’oral, donné des idées de mise en scène pour l’oral et les questions que les profs risquaient de nous poser. Je n’ai jamais rencontré un prof aussi investie dans son métier. Jamais. Et je l’admire et l’a respecte beaucoup pour cela. Et mon 18/20 à l’oral, c’est uniquement grâce à ces cours bien faits et stimulants.

Donc après avoir appeler mon frère, envoyé un mail à ma prof, (oui dans cet ordre. Mon frère est genre la personne qui croit le plus en moi. Même plus que je ne crois en moi-même. Il m’a toujours encouragé et soutenu dans mes choix. Si j’arrive à devenir quelqu’un de bien, ça sera en grande partie grâce à mon frère.) , j’ai appelé ma mère.

Après lui avoir dit mes résultats, elle ne s’est focalisée que sur la mauvaise. J’ai beau lui dire que le maximum de points que l’on pouvait avoir de ces trois épreuves était de 100 et que j’avais 70 points, elle n’a pas été capable de se réjouir pour moi. Et elle a commencé à me demander les résultats de mes amis pour comparer.

« Comparer« , c’est un truc que ma mère ne cessera jamais de faire. Même si j’ai 18, si une de mes amies a 19, je ne vaux rien. Pour ma mère, je ne serai jamais assez bien pour elle. Jamais assez belle, jamais assez intelligente, jamais assez grande, jamais assez mince. Depuis que je suis petite, je subis une comparaison avec mon frère si intelligent. Mon frère a toujours été considéré comme l’intelligent et moi la conne. J’ai toujours été en compétition avec lui. A l’époque du collège, il avait eu Mention Bien au brevet. J’ai trouvé le moyen d’avoir Mention Très Bien. Au lycée, il n’a pas eu son bac de français, ni son TPE, il est parti avec 6 points de retard. J’ai 70 points, alors que mon frère en avait 34. Et pourtant, il reste aux yeux de ma mère le plus intelligent. Il est intelligent mais il ne travaille pas. La preuve :  il a eu son Bac S Mention Assez Bien même avec ce retard. Je n’en veux pas du tout à mon frère. Pour mon frère, il n’y a aucune compétition. Il se fiche que je le batte, il veut juste que je réussisse.Mais j’ai énormément souffert de ce complexe.

J’ai beau dire à ma mère que je ne suis pas la pire, et loin de là. Elle aurait pu tomber sur plus conne que moi, c’est une question de relativité. Ma mère me dira tout de suite qu’il faut se comparer à plus fort que nous. Et c’est en me comparant au plus faible que moi que je ne veux pas donner le meilleur de moi même. (ce qui est faux. Je travaille toujours d’arrache pied. Par exemple ce blog est contre productif selon ma mère. Et qu’au lieu d’écrire, je pourrais travailler mes maths.)

Et maintenant, je veux prouver à ma mère que je peux et, putain, je VAIS réussir ! Il ne me reste plus qu’à faire abstraction de ces remarques acerbes et méchantes pendant encore un an. (Je ne sais pas si je vais tenir.)

Quand vous avez 16 ans, vous ne savez pas vraiment ce que vous attendez de la vie. Vous êtes remplie de doutes surtout dans ce climat où le chômage ne cesse de croître. Même si vous savez ce que vous voulez faire, vous n’êtes jamais sûre de l’obtenir malgré tout l’investissement que vous lui portez. C’est la vie. Alors entendre vos parents dirent que jamais vous ne réussirez et que vous terminerez caissière à Carrefour, ça ne peut pas vous rassurer. Tous leurs propos sont blessants et virulents, et ils sont en ce moment en train de m’engueuler dessus. Mais j’ai fermé ma porte et mis ma radio à fond. Oui, j’ai eu deux 18 aux épreuves anticipées du  bac. Et je suis en train de pleurer au fin fond de ma chambre. Paradoxe ?

Je passe probablement la pire année de ma vie. J’ai hâte d’être à l’année prochaine, et je préférais même avoir un IEP en province pour pouvoir m’éloigner de mes parents pendant 5 ans. Parce que là, c’est juste invivable.

Là, je pars à Londres avec les amis pour 4 jours. Je vais pouvoir être heureuse et ce n’était pas arrivée depuis très longtemps.

Souvent on dit que la période « je déteste mes parents » n’est qu’une phase de l’adolescence. Peut être est ce vrai . Mais cependant, je me souviendrai à jamais de leurs paroles virulentes à une période aussi incertaine de ma vie.

Je ne hais pas mes parents. Mais est ce que je les aime ? En ce moment, non. Je dois l’avouer. On est censé aimer nos parents peu importe quoi. Mais là, je ne trouve pas la force de les aimer.

4 réflexions sur “Although I did have an imaginary friend, who my parents actually preferred.

  1. Noa dit :

    Peu importe ce qu’ils peuvent te dire, peu importe que tu aies eu 4 ou 18 à une épreuve sur trois, peu importe tout ce qu’il y a autour : Sois fière de toi.
    C’est pour construire TA vie que t’as bossé jusqu’ici, que t’as eu des notes comme ça, même si l’une d’entre elles est mauvaise. Ta mère n’a rien à dire sur ce que tu souhaites devenir et faire de ton futur, même si elle reste ta mère malgré tout. C’est toi qui as toutes les cartes en mains, et qui contrôles une grande partie de ce qu’il arrivera dans l’avenir. Alors sois fière, malgré les reproches et les remarques blessantes.
    Dans un an tu lui prouveras qu’elle avait tort sur toute la ligne, que ta mauvaise note ne t’a pas empêché de réussir malgré tout, et que quoi qu’elle puisse dire, c’est toi qui commandes. Une mère telle que tu la décris ne mérite pas les larmes de son enfant, surtout dans des périodes difficiles où l’amour maternel devrait remplacer les réflexions bidons. Un jour elle comprendra qu’elle a une fille sûrement aussi intelligente que son aîné, bourrée d’humour, qui se bat pour ce qu’elle veut et qui ne s’arrêtera devant rien.
    Tu n’as rien à prouver à personne, encore moins à quelqu’un qui ne croit pas en toi. Et pour ce que ça vaut, même si je ne te connais pas vraiment, voire pas du tout, même si on ne s’est jamais vues  » IRL  » et qu’on parle seulement via blog ou twitter, moi derrière mon ordi je crois en toi, et je sais que tu réussiras. Alors ne laisse jamais personne te voler ta confiance en toi.

    Profite bien de ton séjour, ne pense plus à rien, éclate-toi, savoure, dévore, drague, rigole. Et reviens-nous en pleine forme, avec des tas d’histoires à raconter, parc’que même si ce blog est  » contre productif « , tout le monde ici l’adore.

    Prends soin de toi, ne te laisse pas marcher sur les pieds, et n’oublie pas que tu mérites amplement chaque victoire que tu remportes.

  2. rebelfashionista dit :

    Le truc c’est que maintenant tu es déterminée. Prouve lui que tu es capable. Parce que moi j’ai un instinct pour ça… Alors, si je te le dis, c’est que c’est vrai. Enfin, moi j’ai jamais travaillé (tu te souviens, à quelques semaines du bac, j’étais incapable de te donner les dates des épreuves), mais j’ai bien vu que tu étais organisée dans ta vidéo. Et ça c’est tout bon😉

  3. AbY dit :

    Je ne sais pas si c’est une période qui passe… je ne crois pas. J’ai vécu ça quand j’avais 15ans je crois, moi c’était plus avec mon père que ma mère. 10 ans après quand même (waw!!) je dirai que c’est vrai que ça passe mais pas totalement ni pour toujours, tant qu’ils seront cons j’aurai le même sentiment.

    Ne lui prête plus attention, tu as eu d’excellentes notes, tu n’as de choses à prouver qu’à toi-même et je crois que tu l’as réussi haut la main!

    Maintenant go to London and enjooooy, la chance! J’adorerai y aller! Prend plein de photos et essayez d’assister au moins à un concert rock, même si c une band pas connue dans un bar tu vois… le rock british est mon préféré et je crois que toi aussi!😉

    XOXO

You give away nice like it doesn't cost you anything.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s