I love you more than you know.

Le blog me désespère.

Toute la blogosphère me désespère. Elle marche au ralentit en vacances. Les articles se font moins nombreux et je n’ai même pas envie de parler du peu de réactions par commentaires.

J’ai toujours eu l’impression que mon blog était sincère. Par sincère, j’entends qu’il reflète une image assez proche de moi.

En retrouvant mon journal intime commencé dans l’année et abandonné une semaine après, j’ai compris à quel point j’avais tort. Quand je lis cette phrase extraite de mon journal : « Je veux dormir et me réveiller quand le monde ira mieux. C’est à dire jamais ! »

Ouais. C’est glauque. Je m’inquiète moi même.

Je me sens un peu ingrate de ne pas être heureuse. Il faut l’avouer : j’ai tout pour l’être. Je sais pas ce qui ne va pas avec moi.

Je suis désolée. Je crois que je traverse un espèce de crise d’adolescence à la recherche de mon moi ou un truc de ce genre. Je sais pas.

J’ai l’impression qu’à la fin de ce mois, tout sera fini. J’affronterai ma dernière année de lycée, mon avenir. Ça fout la trouille. Je ne sais pas ce qui va se passer l’année prochaine mais j’ai peur. Mais une bonne peur. Le genre de peur avant de réaliser quelque chose qui va changer le cours de votre vie. Pourtant, je sais bien qu’il n’y a rien de spécial de quitter le lycée. Beaucoup d’entre vous ont les même amis, dormaient sous le toit des parents et fréquentaient les même endroits. Et soyons réalistes, ça sera probablement mon cas.

Mais j’ai ce putain de pressentiment au fond de moi.

Je vais devoir faire des choix qui détermineront ma vie. (IEP, Prépa Hypokhâgne, LEA, Droit) Encore faut-il que je me batte pour obtenir tout ce que je désire. Sans vraiment savoir ce que je désire vraiment.

Je ne sais pas comment se déroulera la prochaine année scolaire mais elle sera différente.

(Je ne verrai plus jamais Méché Blond jouait au basket dans la cour du lycée.)

C’est sur ces notes mélancoliques que je vous laisse. Je vais m’abrutir devant Secret Story. Au moins, je n’y penserai plus.

Putain, Robin ! Tu fais tout pour me faire honte ! Déjà tu fais le gros lourd avec Stéphanie et maintenant Chalotte te plaît ! C’mon.

(Eh! Mais si elle te plaît… Tu es un garçon facile. Donc j’aurais pu t’avoir…)

Bref Robin, j’essaye de te défendre toujours et encore mais tu me rends la tâche SI difficile.

3 réflexions sur “I love you more than you know.

  1. Samarian dit :

    Je déteste ces périodes d’incertitudes que je vis aussi depuis que j’ai quitté le lycée (6 ans déjà). Je ne sais pas pourquoi les choses deviennent si compliquées après. La voie jusqu’au bac est toute tracée, simple. Mais après, on passe notre temps a imaginer un futur qui ne se déroule pas comme on le veut.
    Bien entendu tout n’est pas noir et cette aventure est indispensable. Mais parfois c’est dur et parfois le temps ou mon avenir n’était qu’une idée lointaine me manque …

You give away nice like it doesn't cost you anything.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s