We are NOT in a ersatz homosexual relationship !

Jen: What are you scared of?
Jack: I’m scared that I’m going to end up alone. I’m scared that I’m always going to be somebody’s friend, or brother, or confident, never quite somebody’s everything. Mostly I’m scared I’m never going to find a guy that I love as much as I love you.

(Dawson’s Creek 4.14 – A Winter’s Tale)

J’avais dit plus de gif mais c’est essentiellement ce gif qui m’a donné l’idée de cet article. (Et j’ai menti. Toujours plus de gifs ! Hahaha)

Je n’ai pas beaucoup beaucoup d’amis. Mais lorsque j’entretiens des relations amicales proches, ça devient carrément fusionnelles. Je sais que c’est bizarre mais c’est ainsi. Je la trouve étrange comparée aux autres amitiés qui se font et défont autour de moi. Mais au fond de moi, je sais que je ne sais être amie que de cette façon, de manière fusionnelle. J’ai d’autres amis mais je ne sais pas, avec eux, j’ai l’impression qu’une fois que le lycée sera terminé, bah, notre amitié sera finie et personne ne s’en souciera plus que ça. C’est la vie.

Pour l’instant, ça me semble impensable qu’un jour Bro of my life et moi ne soyons plus BFF. Mais je ne suis pas complètement naïve, j’ai cessé de croire au Friends Forever depuis l’âge de 10 ans. (Rupture avec mon ex-BFF) Je ne vois vraiment pas ce qui pourrait nous séparé. J’ai imaginé des éventualités comme si j’étudie l’année prochaine en province ou… Un mec. Mais je ne la vois sortir avec mon ex ou une Target. Et si c’est le cas, je suis certaine qu’elle m’en parlera avec beaucoup de culpabilité et que je finirai par donner ma bénédiction parce que, heh, je ne suis pas si méchante mais ça me fait un pincement au cœur rien que de l’imaginer. Bref.

Ou tout simplement qu’elle sort avec un mec de manière sérieuse et que par conséquent il me vole ma place de VIP. Et c’est ce qui arrivera. Je sais que c’est égoïste mais j’aimerai être dans une relation stable avant elle parce que je n’ai pas envie d’être abandonné. Et je suis quasi certaine que j’arriverai à gérer mon BF et ma BFF lui montrant alors l’exemple pour qu’elle fasse de même par la suite. Je ne me vois pas lui dire : « Tu ne m’accordes même plus de  ton temps. T’es toujours avec ton mec. »


C’est un fait avec Bro of my life, on peut tout se dire SAUF exprimer nos sentiments. Alors que d’autres amitiés moins fortes que la nôtre sont capables de se balancer des « Je t’adore. » ; « Je t’aime trop » ; « T’es trop génial », nous, on est vraiment nul pour exprimer ce qu’on ressent l’une pour l’autre. On ne se prend pas souvent dans les bras (à part quand nous sommes sur une montagne et que seule la chaleur corporel nous permet de ne pas mourir de froid.) Nous ne sommes pas doués pour les actes de tendresse non plus. Bon, tu vois Cristina et Meredith ? Ouais, c’est dans ce genre là mais en beaucoup moins pire quand même. Enfin, je l’espère.

A part ces deux choses là, il n’y a pas de tabous. Je suis quasi sûre que je sais tout ce qu’il y a à savoir sur elle et vice versa. C’est la seule avec qui je me sens à l’aise pour parler de mes drames familiaux car j’ai assez confiance en elle pour savoir qu’elle ne le répètera pas. Il n’y a qu’à elle que je peux dire que j’ai besoin d’un mec car ma libido fait des siennes (Enfin une variante beaucoup plus vulgaire mais il n’y a qu’à elle que j’arrive à le dire sans rougir) Ça ne change rien de le dire mais faut que ça sorte. Et ça sera la seule qui ne me prendra pas pour une folle du cul. Il y a des sujets dont j’adore parler avec elle (comme le sexe) uniquement parce que je sais que ça la gêne. (Et je peux comprendre.) Quand mon grand père était à l’hôpital, je me suis tournée auprès d’elle pour le soutien. Auprès d’autre bien sûr mais c’est la discussion avec elle qui m’a apaisé. Elle n’est pas douée avec les mots, c’est un peu ma Ryan Atwood et je suis son Seth Cohen (Je parle pour écouter le son de ma voix) . Mais juste le fait qu’elle m’écoute en m’épargnant les « Je suis désolée »; « Ça va ? » bah, ça m’a fait du bien. J’avais juste envie de vider de mon sac. Je ne voulais pas qu’on me console parce que je voulais rester dans cet état.

Je sais qu’on se considère beaucoup mais jamais on ne se le dit. Je sais que malgré ce que ses notes peuvent dire, moi, je l’ai toujours trouvé intelligente.(Même si vous m’entendrez plus lui dire « T’es conne ».) Malgré ce qu’elle dit, je sais qu’elle est capable d’être passionné à propos de choses. Mais qui ne sont pas évidentes pour tous. Même si elle n’atteint pas la créativité de Méché Blond (qui a disparut de la surface de la Terre. Enfoiré, tu me manques. Le lycée sans toi, c’est pas le lycée.) elle en possède malgré ce qu’elle peut penser.

Jamais vous ne la verrez poster ici. Elle est l’une des seules personnes qui connait mon activité sur Internet. Et je dois avouer que c’est peut être une bonne chose qu’elle ne se mêle pas trop de ma vie 2.0 parce que je tiens à ma ligne de démarcation entre la vie 2.0 et la vie. J’imagine qu’elle doit aimer me lire alors je la laisse. A vrai dire, c’est la seule à qui j’ai fait mon lire mon espèce de roman que j’avais écrit à 15 ans. Bon, je l’ai relu récemment, j’arrive pas à croire qu’elle a pu accepté de lire ça toutes les semaines et m’en redemander. (1-Plein de fautes d’orthographes et de grammaire. Faut dire qu’à l’époque j’avais un clavier américain que j’ai toujours mais maintenant, je sais l’utiliser. 2-L’intrigue partait vraiment en vrille. Je savais jamais quoi faire des nouveaux personnages que j’introduisais pour changer le rythme.) C’est beau, l’amitié.

Et pourtant.

C’était pas gagné qu’on soit amis. A l’époque, j’étais une pétasse. J’assume. Et je ne l’ai pas vraiment traité avec gentillesse parce qu’elle n’était pas cool. Bon, ça a changé. J’ai beaucoup influé sur sa personne et je crois que je lui ai refilé un peu de cool qui était en moi. Non, je n’étais pas sympa. Je ne lui parlais quasi pas et quand je lui parlais c’était pour lui demander quelque chose de bien spécifique. Je la trouvais  gentille mais ennuyeuse. J’ai appris bien plus tard que je me trompais sur un des qualificatifs.

Ce qui nous a rapproché ? Être une langue de pute et notre amour pour FRIENDS. Connaître quelqu’un qui ne considère pas Friends comme une vieille série pas drôle dans ma génération, c’était rare au collège. Non seulement Friends fut la première série à me donner le goût des séries mais en plus elle a permit cette amitié. Et c’est sûrement pour ça que Friends est très particulière à mes yeux.

Alors en me promenant sur Tumblr et que j’ai vu ce gif et cette citation de Dawson, j’ai pensé à quel point cette phrase était vraie pour moi et à quel point j’avais toujours ressenti ce sentiment.

Croyez le ou non, malgré toutes mes propositions de sortir avec des gars totally creepy, j’ai toujours eu la peur de terminer seule avec mon chat. J’ai peur d’avoir raté la bonne personne. J’ai peur de ne pas saisir les occasions qui s’offrent à moi. J’ai peur de ma tendance à me lasser trop rapidement des garçons que je pensais aimer.

J’ai peur de ne pas trouver une personne que j’aimerai autant que ma BFF. C’est à dire une personne dont je ne me lasse pas après 6 ans maintenant. Une personne qui continue à me surprendre alors que je croyais tout savoir. Une personne pour laquelle j’ai de l’intérêt concernant ce qu’elle a pris au déjeuner. Une personne  avec qui je suis capable de parler jusqu’à 2h du matin au téléphone. Une personne que je dois voir au moins une fois par semaine même en vacances. (à part les vacances d’été. Mais bon, texto, msn… Ou on part ensemble.) Une personne à qui je peux TOUT demander. Une personne avec qui je vois un avenir au delà du lycée.

Tout ça pour dire qu’elle est ma personne.

A lire cet article, on croirait que je suis dans une sorte d’ersatz de relation homosexuelle. Certains le pensent peut être. Mais moi je sais que non. Je sais que nous sommes juste amies d’après la définition de mon dictionnaire. Après si vous n’avez pas la même définition de l’amitié que moi, eh bien, je trouve que c’est bien dommage pour vous.

 

2 réflexions sur “We are NOT in a ersatz homosexual relationship !

  1. Noa dit :

    Je suis juste TELLEMENT d’accord avec ce genre de relations si fusionnelles que tout le monde peut penser que ça en devient homosexuel. C’est les plus sincères, les plus vraies.
    Les amies avant les mecs, ça devrait toujours passer en premier.

You give away nice like it doesn't cost you anything.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s