Tout ce que je veux, c’est un chat !

(Et je suis amoureuse de Jesse Eisenberg.)

Je ne veux plus qu’on me parle de mon avenir. Je ne veux plus y penser.

Le compte à rebours a commencé depuis le 20 janvier. Je me suis d’ailleurs inscrit dès le premier jour. A la différence des gens normaux. Plus on approche de la date limite, et plus je me pose des questions. Il y a un temps où la prépa était tout pour moi et maintenant, je ne sais même plus pourquoi je veux tant y aller. Autrefois, je voulais faire LEA à la fac. Maintenant que toute ma classe s’est décidée à faire la même chose (De plus, ma prof d’anglais de cette année a réussi l’exploit de me dégoûter des cours d’anglais, autrefois ma matière préférée.) , je me suis tournée vers quelque chose de plus concret et réaliste comme le droit. 

Et j’ai trouvé l’université la plus mignonne. (Une annexe, en fait) Elle est située dans un quartier calme et paisible. Il y a de la verdure. Un bar en face. Une autre école en face ce qui promet donc plein d’étudiants. Des sandwicheries. Un restaurant de sushis. Bref, passée 5 ans dans un tel environnement ne me gênerait pas au contraire. Je juge les universités en fonction de leur quartier, esthétique, formation, puis prestige. Cela semble con-con aux premiers abords mais en fait pas tant que ça. Dites vous que vous allez passer un bout de temps là bas alors autant que le cadre ne soit pas morbide (Ex : Annexe de Paris 1, Paris 5, Paris 6 et Paris 3) ou trop gigantesque et par conséquent effrayant (Paris 1, Paris 7)


La prépa ne me tente plus tant que ça. D’une part parce que je n’ai que le choix entre trois prépas et d’autre part parce qu’elles font parties des plus prestigieuses. Sur Paris, je n’ai le choix qu’entre trois prépas en vue de ma LV2 supra rare. Tss, ma mère qui était persuadée que ça me servira à l’avenir. Ça me desservi, ouais. J’aurais pas pu faire Espagnol LV2 comme tout le monde ?! Donc trois prépas dont une qui me prendrait 1h de trajet (Donc se lever archi tôt. Bosser 35h/semaine + Khôles + Devoirs personnels + Rentré super tard. Passer trop de temps dans les transports n’est bon pour personne) , une autre qui ne m’acceptera pas de toutes façons (pas assez bons bulletins en 1ère) et la troisième qui reste en suspens mais qui ne m’acceptera probablement pas.

Aller en prépa pour moi, c’est comme choisir d’aller en S. Parce que c’est ce que font les bons élèves. Parce que c’est le plus dur mais également la plus considérée. Parce que c’est bien vu. Et on sait que pour moi, ça s’est mal fini. Alors pourquoi ? Maintenant, je ne sais plus. Avant, c’était ma seconde chance pour Sciences Po. Mais maintenant… Je sais plus. Je ne me vois pas faire une prépa littéraire parce que c’est trop. Je ne veux pas faire de lettres modernes/classique, étudier le latin/grec et continuer de faire de la philo.

Prendre une spécialité maths, c’est avoir le choix de pouvoir prendre une prépa éco. La seule des trois prépas de mon choix qui fait éco est celle  qui me fera passer plus d’une heure dans les transports en communs. (Je précise que je dois changer d’au moins 4 lignes différentes pour m’y rendre.) Vous trouvez que je suis une petite nature ?

En plus, je ne suis pas motivée. Prépa pour quoi ? Pour entrer à l’ENS ? LSH ? Bof. J’ai vraiment pas envie de terminer comme ma prof d’histoire/géo qui a fait 2 ans de prépa et ensuite l’ENS pour terminer prof de Histoire/Géo dans un lycée ce qu’elle aurait pu faire tout en allant à l’université. Et le pire dans l’histoire ? C’est qu’elle est pourrie comme prof d’histoire/géo. Elle ne fait que lire ses putains de notes et ses cours ne sont pas organisés. Et je ne dis pas ça parce que j’ai de sales notes avec elle, au contraire j’ai la plupart du temps les meilleures notes. C’est VRAIMENT parce qu’elle est à chier bien qu’elle soit gentille.

Et Sciences Po ? C’est bon. C’est pas une fin en soi. Il n’y a pas que ça dans la vie. On peut faire autre chose et tout aussi bien réussir dans  la vie. Ces deux dernières années, j’ai eu tendance à la mettre sur un piédestal. Je vais bien sûr passé les deux concours. Que je réussisse ou pas, ça m’est maintenant égal. Réussir Sciences Po Paris, c’est bien et tout et tout. Mais franchement, elle me fait flipper cette école. (Le prestige, les élèves bien plus cultivés et intelligents issues de familles bourges, et l’esprit de compétition) Sciences Po Province, c’est bien, t’es indépendante et tout et tout. Mais franchement quitter ma famille à 17 ans, ça me fait grave flipper. Ne plus voir mes parents, mon frère, mes grand parents, mes potes pendant des jours et des jours, c’est très dur pour moi. Rentrer dans mon petit appart d’étudiant vide et triste après une journée harassante  avec personne à qui parler, c’est un truc à me rendre dépressive. Dès fois quand le lycée me fait chier (par rapport aux élèves), je pense à la seule chose positive qui est : Rentrer chez moi et retrouver ma famille.

Et la petite université toute mignonne a accueilli certains élèves qui sont à présents connus. Elle n’est pas trop grande donc petit effectif. A 30 minutes de chez moi. Et je serai avec BFF. Elle a un master qui m’intéresse beaucoup et qui offre pas mal de débouchés.  Alors, où est le problème ? Que je le mette en premier vœu et c’est tout.

(Et depuis que je regarde Community, l’université ne me fait plus peur. Je monterai un Study Group, et c’est tout.)

Pour vous dire la vérité qui n’est pas un argument valide pour un tel choix, j’adore mon blog et regarder des séries. J’aime trop ça. Je ne sais pas vivre sans blog. Je vis avec un blog depuis l’âge de 12 ans. Je ne sais pas  comment vivre sans. Que ce soit un blog ou les séries. Je ne sais pas vivre sans eux. Et je sais que la prépa ne me permettra plus de telles activités qui comptent beaucoup plus qu’elle ne devraient.

Mais c’est si loin du plan de départ que ça me perturbe. Le plan de départ n’est plus qu’un minuscule point à l’horizon. J’imagine que tout ne se déroule jamais comme on l’avait prévu.

(Par contre, j’ai prévu que j’aurai un chat et j’aurai mon chat !)


 

22 réflexions sur “Tout ce que je veux, c’est un chat !

  1. Justine dit :

    Fais ce que tu as envie de faire, sans motivation tu peux aller dans la prépa la plus prestigieuse de France et te retrouver déprimée avec de mauvaises notes, ce qui ne servirait à rien bien entendu… Donc fais ce pour quoi tu es motivée, et si le plan de base ne te plait plus, laisse le tomber !
    Enfin, ce n’est que mon humble avis😉

  2. Mrs Jagger Dagger dit :

    Alors franchement… Ça va faire trois ans que je suis à la fac (2 ans et demi) et je suis à mille lieues de ce que j’avais prévu. Au départ je voulais devenir archéologue. C’est pour ça qu’au lycée j’avais pris une option Histoire de l’art. Et j’ai continué dans ça à la fac. Et puis ça me plaisé plus alors je suis allé en Psycho. Et là je prépare une formation de dessinatrice, je sais même pas où ça va me mener.
    Alors c’est vrai on n’est pas pareil. T’es plus à organiser minutieusement ton avenir mais t’as 17 ans ! T’as tout ton temps aussi. Faut pas que ça te tracasse plus ça, que ça te prenne la tête à t’en arracher les cheveux! Faut que ce soit un choix qui ne te fasses pas regretter. J’ai une copine qui avait d’excellentes notes au lycée et qui a tenté une prépa. Elle est revenu, un peu misérable, auprès de nous en HDA parce que c’est super dur ! Esprit de compétition toussa toussa. Donc pour la prépa, moi ça m’a toujours fait peur parce que c’est le genre d’étude à ne plus avoir de vie.

    Tout ça pour dire, réfléchis bien mais ta décision n’est pas irrémédiable. C’est vrai que choisir un établissement à perpète les oies c’est chiant. C’est mieux quand c’est tout près et dans un cadre agréable. Et moi perso, j’y passe pas non plus ma vie à la fac donc bon…

  3. Laura dit :

    C’est dingue, je suis un peu comme toi ! Ca m’effraie de me dire que si je suis en prépa à Paris l’année prochaine je pourrais plus ne rien glander (c.a.d regarder des séries, commater dans mon lit pendant des heures, etc.) sans que ça ai des conséquences désastreuses sur mes notes…

    Mais en même temps, l’université ça m’interresse pas trop… Avoir que 5h de cours par jour (et encore ça dépend ou t’es…), être 600 par classe, être qu’une inconnue aux yeux de tes profs, connaître qu’un dixième de la classe, travailler seul sans cadre.

    Je suis allée à la réunion d’info des prépas de mon lycée (même si je compte pas le mettre dans mes voeux APB -plutôt crever que de rester dans le même bahut- c’était juste pour voir comment ca se passait en gros la prépa vu que j’avais pas le temps d’aller aux JPO de toutes les prépas où je postule)ben y’a une khâgneuse qui nous a dit qu’elle était revenue ici parce que Fénélon ça lui plaisait pas tant que ça alors qu’au début elle l’avait grave idéalisé mais par contre elle nous a dit qu’en prépa on se créait des amitiés qu’on ne trouve nulle part ailleurs du fait de la solidarité des gens face à l’effort.

    Et puis, l’université c’est pour se spécialiser en quelque sorte tandis que la prépa c’est pluridisciplinaire et ca me plait plus. Mais je redoute un peu le fait de pas tenir le choc, j’aimerais pas me faire jeter après l’HK ca la fout mal… Je suis un peu paumée, mon avenir me semble si lointain en fait… Je crois qu’on est en train de mûrir, bientôt on aura plus le droit d’être en transe devant des jeunes minos de séries TV, c’est moche ^^

  4. Hajar dit :

    Qui définit les priorités et ce qui est important de ce qui ne l’est pas ? Tout est relatif à la personne qui a défini ça. Si ton blog et tes séries, ta famille et tes potes sont plus importants pour toi que Sciences Po Paris ou des classes prépa via 4 métros ou autres moyens de transport, sache que c’est tout à ton honneur. Il n’y a que ça qui compte vraiment au bout du compte et à la fin de notre histoire, c’est notre bonheur personnel. Parce que choisir entre faire carrière pour faire plaisir à la société et se noyer dans un stress et une dépression qui se termineraient à la retraite ou avoir une vie paisible et calme à faire ce qu’on aime avec les personnes qu’on aime… Le choix semble évident, mais je sais qu’il est difficile à faire une fois qu’on se retrouve au pied du mur.

    En tout cas, j’espère que tu sauras faire le bon choix, pourquoi tu ne fais pas une école de journalisme ? ça doit exister ça non ? Ou alors la sociologie, psychologie… ça ne t’intéresse pas ?

    J’ai adoré lire ton article et somehow tu as réussi à m’aider à retrouver ma sérénité, je me sens paisible grâce à toi et les idées sont plus claires dans ma tête maintenant…🙂 J’étais un peu perdue et j’avais oublié que ce qui compte c’est de faire ce qu’on aime, écouter son cœur et tout ira bien… Merci🙂

  5. Rosee dit :

    Je suis exactement dans la même situation que toi, alors je ne saurais te conseiller ou même te rassurer.. Mais comme l’a dit Justine, fait ce qui te plaît et te motive !
    Personnellement, j’hésite entre une prépa B/L -mais çà me semble beaucoup trop dur- et une bi-licence histoire-anglais. Sinon, j’essaie moi aussi d’entrer à Sciences Po mais par une voie spéciale car je suis dans un lycée zep.
    Et dire que toutes mes études sont « littéraires » alors que je suis en S ! ..
    Anyway, j’espère qu’au final tu prendras la bonne décision et que tu ne sacrifieras pas tout ce que tu aimes pour les études car il y a bien plus important dans la vie je pense🙂

  6. MissChanandlerB. dit :

    Justine : C’est vrai que exposer comme ça, ça semble con. Vas y, fais ce qu’il te plaît et arrête de nous faire chier avec ça. Mais dans ma tête, c’est pas clair du tout et je sais pas pourquoi. Quand on a pendant longtemps un but, et de se rendre compte lors de l’année décisif que c’est peut être pas ce qu’on veut vraiment, c’est assez perturbant à vrai dire. Mais ça me saoule de douter comme ça. D’être aussi indécise.

    Mrs Jagger Dagger :
    Je sais que rien est perdu. Mais vraiment vraiment, je n’ai pas envie de me retaper une année. On se dit que je suis en lycée général et que j’ai des bonnes notes, et tout et tout mais franchement, j’aime pas l’école. ^^

    Laura : L’université qui me fait un peu de l’œil a vraiment un effectif réduit et c’est précisément une particularité qui m’a intéressé. L’aspect pluridisciplinaire m’attire d’une façon car je n’ai pas une idée de métier précise. Mais elle me rebute parce que j’en ai marre de ne pas savoir. Je veux tenter un truc bien précis.
    Lol, c’est Fénélon la prépa qui me tente le plus. Crois moi si je pouvais aller dans une prépa moins prestigieuse, ça me poserait moins de problèmes. Ça dépend vraiment des prépa. Y a des prépas où la solidarité est présente mais d’autre où l’esprit de compétition est assez féroce. Moi aussi, tout ça me semble loin. J’ai plus touché à mon dossier depuis 2 semaines, je m’en occupe pendant les vacances. Rien à foutre, je veux continuer à m’extasier devant des minets.

    Hajar : Tu m’as parfaitement compris. C’est tout à fait ça sauf que tu l’as mieux écrit que moi.^^ On ne peut pas entrer dans une école de journalisme à BAC+0. Et le métier de journaliste bien qu’il m’intéresse me flippe par le peu de débouchés. Socio, psycho, les domaines m’intéressent mais les études sont compliqués et il y a pas beaucoup de débouchés. Toi aussi t’es en plein doute existentiel ? Contente d’avoir pu aider quelqu’un. Et merci pour ton avis qui m’a aussi pour un temps calmé. On s’aide mutuellement.

    Rosee : Moi aussi je voulais tenter B/L pour que ma Spé Maths serve à quelque chose ! Et c’est pas trop trop littéraire. Si c’est pas prépa, ça sera aussi une bi-licence pour moi. Pas question de glander à la fac de mon côté. J’étais en S l’année dernière, j’étais moyenne dans mon bloc scientifique et la meilleure dans tout ce qui était littéraire et la plus nulle en EPS mais passons et on m’a re-dirigé vers une L qui me plairait davantage et qui était en lien avec mes études supérieures que j’envisageai. On fait S parce qu’on n’est pas trop mauvais et que ça nous rassure mais franchement faire S, ça m’a bouffé de l’intérieur.
    J’ai déjà mis pas mal de choses entre parenthèses pour arriver au point où j’en suis. Dès fois je me dis que je peux encore le faire pour deux ans mais dès fois je me sens fatiguée de délaisser des choses importantes de la vie. Dès fois j’ai l’impression que je me contente d’exister et que je ne vis pas vraiment. (Ouh, je suis partie dans un trip là.)

  7. Aeryn dit :

    Je pense qu’il vaut mieux que tu te rendes compte maintenant que ce n’est plus la voie que tu veux suivre, plutôt que pendant ta prépa.
    Ce n’est pas anormal de changer d’avis, c’est même plutôt courant en fait. C’est plus facile de se décider quand tout ça est encore loin, mais quand ça devient proche, donc plus concret, on a tendance à se poser des questions et parfois opérer un sacré virage.
    Surtout que pour faire une prépa, il faut une sacrée dose de motivation, et en manquer, c’est le meilleur moyen de couler, à long terme. Ne pas aller en prépa n’est pas la fin du monde, la plupart des gens s’en sortent très bien sans, et quel est l’intérêt de mettre sa vie de côté pour des études ou un métier?
    Sincèrement, faire un choix en accord avec tes envies, voire tes besoins, c’est primordial. Sinon tu seras malheureuse, et tu regretteras.

    En tout cas, je te souhaite bon courage pour la suite!

  8. Jungle Ju dit :

    Un des trucs qu’on ne dit pas assez aux lycéens, c’est que choisir en terminale n’est pas une fin en soi.
    Je comprends qu’on n’est pas envie de faire une prépa, Sciences-Po, c’est bien, ça fournit une bonne culture générale, mais quand on ne sait pas ce qu’on veut faire et qu’on ne se créé pas un « profil » grâce aux stages, on peut en ressortir sans plus savoir où on va.

    Quand j’ai voulu faire une fac d’allemand, on m’a dit « Tu vas terminer prof ». DU coup j’ai pas fait ça. J’ai fait autre chose qui ne m’a pas plu, et du coup je suis entrée après dans un IUP d’encore autre chose.

    Le point, c’est qu’une licence d’un truc qui te plaît : droit, sciences humaines, peut être une très bonne base pour un master spécialisant : communication, urbanisme… j’en passe. Et qu’on puet aussi très bien se tourner vers une licence professionnelle après en avoir une « général ».

    Moralité de tout ça : si la petite fac te plaît, vas-y, ca te donne encore trois ans pour savoir vers où te diriger.

  9. Lyly June dit :

    Au début je voulais être journaliste, j’étais pleine d’ambitions (ahah) et là je suis à pleurer pour partir enseigner le français dans une université américaine contre l’avis de ma mère qui flippe parce que j’ai pas de boulot et que, selon elle, je ne veux pas me lancer sur le marché du travail et que mon master ne mène à rien. Joie et bonheur.
    Méfie toi de la prépa si t’es pas ULTRA motivée. Je connais une fille qui a fait prépa à Henri 4 pour faire plaisir à son père, elle a eu sa 1ère année, mais l’ambiance de compétition lui allait tellement pas qu’elle a quitté tout ça pour continuer sa licence de bio à la fac, tranquillou (son père fait un peu la gueule maintenant, tant pis pour lui)
    Donc fais toi plaisir, je comprends c’est très flippant d’arriver à la fac sans connaître personne, j’ai assez mal vécu ma 1ère année de sciences éco, ne te mets pas trop la pression dès le début, t’as le temps (dit celle qui ne sait plus où elle en est) (quand j’aurais un travail je prendrai un chat aussi)

  10. DelFine dit :

    Je comprends ton dilemme, en terminale, y’a toujours un moment où tu doutes pour savoir ce que tu vas faire l’année d’après!!
    Je suis d’accord avec Lyli June, si tu n’est pas super motivée à fond, la prépa c’est peut-être risquée? Et en même temps qui peut savoir! De plus on peut rater une première année de prépa comme on peut rater une première année de licence ( trop de fêtes … la moitié de ma promo a raté sa première année, mais si t’es une élève plutôt sérieuse, y’a pas soucis normalement).
    Perso moi je suis allée à la fac parce que je savais que l’ambiance de la prépa ne me conviendrait pas. Je pensait aussi n’avoir que quelques heures de cour par semaine, finalement je faisait 38 heures par semaine (ça dépend des branches). La fac m’a vraiment plu, les profs étaient compétents, et dès la deuxième année quand on a été moins nombreux, les profs nous connaissaient. La fac permet d’avoir une vie à côté ( suivre encore quelques séries, sortir avec ses amies,ce dire qu’un soir où on a juste envie de glander, bah c’est possible, super important à mon avis).Et je pense que ce n’est pas parce qu’on va à la fac qu’il y a moins de débouché. En plus, tu penses qu’il peut y avoir un master qui te plairait … Il faut voir si tu peux supporter l’ambiance prépa pendant plusieurs mois, et si la prépa est le seul moyen de faire le métier que tu veux.
    J’espère t’apporter de nouveaux éléments pour t’aider ( mais j’en doute un peu). Suis tes envies et ton coeur et je pense que tu ne seras pas déçue.
    Bonne chance!

  11. Meroan dit :

    Bonjour ! =D

    Waaah, c’est fou, mais d’un certain côté on a les même problèmes… Sauf que moi ça se limite à choisir une filière et l’établissement dans lequel je la ferais pour l’année prochaine, alors que toi c’est biiiiiiiiien plus grand et plus important ! Je n’es néanmoins pas trop de conseil à te donner, comme je ne suis pas encore passé par là… =/ Mais en tout cas, j’espère vraiment que tu arriveras à concilier toutes tes envies pour faire quelque chose qui te plairas vraiment… et qui te donne la chance d’avoir rapidement un chat ! ^^

  12. MissChanandlerB. dit :

    Aeryn : C’est tout à fait ça. Sans motivation, la prépa ça craint. Ce n’est pas comme si je voulais faire un métier qui nécessitait absolument de faire une prépa. Je sais pas. Je tiens à une certaine liberté. Je me suis beaucoup privée ces dernières années. Et j’aimerais un peu bien vivre.Surtout que cette période est l’idéale pour vivre de très bons moments, nan ? ^^ Merci pour ton conseil.

    Jungle Ju :
    Choisir en Terminale n’est pas une fin en soi. C’est juste que pour une fois de ma vie j’ai envie de faire un bon choix, de ne pas me tromper. A 15 ans, je n’ai pas su quelle filière choisir. Je me suis gravement trompée et j’ai été très malheureuse durant mon année de Première S. Mais là, je suis en Terminale Littéraire qui n’est pas une filière bien considérée et que mes parents désapprouvent et pourtant, je m’en sors plus que bien, j’aime réellement ce que j’étudie et je profite d’une certaine liberté qu’ont les Littéraires et que n’ont pas forcément les Scientifiques. Devoir choisir maintenant, ça me rappelle trop le choix que j’ai dû faire à mes 15 ans.

    LylyJune : Moi aussi, je voulais être journaliste. C’est pour ça que j’écrivais dans le journal du lycée. Mais à 17 ans, je constate que c’est trop risqué de se diriger dans cette voie là. Je suis au courant pour l’histoire de ta mère et l’université américaine. J’ai lu l’article. Je le trouvais très cool ton projet. Je ne le vois pas comme une fuite en avant mais une opportunité. Je ne sais pas si tu peux aller à l’encontre de l’avis de ta mère mais je trouve que ça aurait pu t’apporter pleins de bonnes choses.
    Si je suis acceptée à la fac que je veux, je serai avec BFF (Si elle aussi, est acceptée donc de ce côté là, ça va.) C’était si nul que ça Sciences Eco ? Parce que je crois que BFF a choisi un truc de ce genre… On veut tous notre chat à ce que je lis.

    DelFine : Je ne pense pas que la prépa soit pour moi. Je n’arrivais même pas à gérer la pression de la 1ère S. J’ai pas les capacités mentales pour la prépa. Même Hypokhâgne…
    J’ai peur de foirer la L1. Si je foire la L1, ça prouvera à mes parents que je suis vraiment une nulle. Et si je foire en droit, je ne vois pas de filière qui puisse me plaire et qui convienne avec ma filière littéraire. Le droit, j’en ai jamais fait. Et si j’étais nulle ? Et si ce n’était pas fait pour moi ? Comme la physique/Chimie où j’avais beau bossé mais je n’obtenais que des 8.
    Ton conseils comme ceux de tout le monde sont très précieux pour moi et m’aide vraiment à voir clair. Vous ne savez pas à quel point vous m’aidez avec vos commentaires.

    Meroan : Tu changes de lycée l’année prochaine ? D’après ce que je lis sur ton blog, tu serais pas mieux dans une filière plus axée sur les lettres que les filières axées sur les masses moléculaires. Après, à toi de voir.

  13. Meroan dit :

    Je sais pas trop si je changerais de lycée, en faite. Ça dépend justement de la filière que je choisirai pour ma première… Clair que je suis plus fais pour la L que la S, mais mes parents ont une très mauvaise opinion de la L, et, à chaque fois qu’on en parle, ça se termine en engueulade. Donc je pense tenter ES ^^’.

    Encore bon courage dans ton choix ~

  14. DelFine dit :

    10 jours après mon premier coms… pas grave.
    Je ne connais pas grand chose à la fac de droit (et c’est clair que tant que tu n’y es pas, tu peux pas savoir, c’est vraiment le truc qu’on voit pas au lycée!) mais s’il y a des gens qui valide la L1 ( j’ai des amis qui l’on fait,et des milliers d’étudiants aussi chaque année!!) alors pourquoi pas toi! Tu m’a l’air d’une personne sérieuse dans le travail, et je pense que c’est la base pour la fac (et être très interessé par la filière que l’on choisit, pour te documenter un peu à côté, surtout dans les filière litteraires je pense)!
    Pour rentrer en prépa, je pense qu’il faut avoir la niaque même avant d’y rentrer, c’est vraiment un monde à part! Et je défends la fac qui a parfois mauvaise réputation!!
    Encore bon courage pour tous tes choix!
    PS: j’ai fais un filière scientifique, et comme toi j’avais beau bosser à fond la physique/chiemie, mais elle et moi on a jamais accroché, et je n’avais que des 8 ( à part au bac, heureusement!!), mais ca ne veut pas dire que pour une autre matière, le travail ne paiera pas! Je raconte un peu ma vie dis donc … dsl!^^

  15. MissChanandlerB. dit :

    Delfine : C’est pas grave comme tu dis. Tu étudies quoi à la fac ? C’est vrai que ça a été dure pour une bosseuse comme moi de savoir le travail ne suffisait pas. On me disait toujours qu’il suffisait de travailler pour réussir. Et pourtant, j’avais beau travaillé et travaillé, je n’avais jamais les résultats escomptés en Physique/Chime. Et il y a les matières où je travaille peu comme l’Anglais et je termine toujours avec un 15 minimum.
    Raconte ta vie, tu témoigne de ton expérience et ça m’apporte beaucoup de connaître les embûches ou les points positifs des gens qui sont passés par les mêmes étapes que moi.

  16. DelFine dit :

    Alors j’ai fais une licence biologie-géologie,et là je suis en 2 année de master EEA = enseigner, éduquer apprendre, c’est pour devenir professeur des écoles (c’est galère!), et je me dis parfois que j’aurais du rester dans la fac et la ville que j’aimais et continuer dans la filière bio!! Et si tu savais le nombre de gens qui rentre en cours d’année en bio, parce qu’il se sont lancés dans un truc trop grand pour eux, genre médecine ou prépa!!!
    C’est exactement ça, il y a des matières où il suffit de relire une fois le cours et d’autre bah t’as beau t’y mettre à fond, ça ne veut vraiment pas rentrer!! it’s unfair!Comme tu dis, s’il suffisait de travailler pour réussir … ça serait beau!!

  17. Marie Sarah dit :

    J’habite en Indonésie depuis plus de onze ans et j’étais moi meme interessée par Sciences – Po Paris mais comme tu dis, l’esprit de compétition omniprésent, cotoyer des gosses de riches à longueur de journée, ne serait-ce que vivre à Paris et la pression psychologique que ca évoque, ce sont des facteurs qui remettent l’idée sacrément en question. Pas sur que ça en vaille la peine. Un ami m’a parlé de sa soeur, qui a eu parmi les meilleurs résultats d’Asie lorsqu’elle a passé son BAC, et qui a par la suite été admise à Sciences – Po, et a fini par quitter l’école, parce que l’ambiance était insupportable. Aprés, il faut faire la part des choses entre une certaine realité et les mauvais clichés. Je pense qu’il y a certains facs potables, non? Et puis c’est aussi une question de point de vue. Une amie en Terminale (je suis en premiére) est admise à Sciences Po Le Havre. Personellement, je préfèrais encore passer l’opportunité que d’aller vivre au Havre, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Et venant d’établissement aux effectifs insignifiants, la perspective de me retrouver en cours avec des centaines d’élèves, ça m’enchante! Poses toi les bonnes questions, le déroulement des choses, lui, est imprévisible.

    Bonne continuation à toi!

  18. MissChanandlerB. dit :

    Marie Sarah : Ton commentaire ne fait que renforcer un sentiment concernant cette école qui me bouffe complètement ces derniers temps. Je vais sûrement écrire un article pour m’étendre sur cela. Mais merci pour ce commentaire. C’est très intéressant de savoir tout ça.

You give away nice like it doesn't cost you anything.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s