I gotta get myself to Hogwarts, where everybody knows I’m cool.

Je n’ai pas écrit depuis quelque temps. Je ne pensais pas le dire (voire écrire) un jour mais je n’ai pas ressenti ce besoin incontrôlable d’écrire ce qui ne m’était jamais arrivé avant. Mmh, ça sent la fin d’un blog tout ça. (Non, ce n’est pas le cas.)  Ces derniers temps, je suis toujours fatiguée. C’est très bizarre. C’est vrai que j’ai de quoi m’occuper. Bah oui, il parait que dans 6 petites semaines, je passe un petit examen. On utilise « petit » pour tout dédramatiser. J’ai donc commencé mon programme de révision, et ma foi, ça a l’air plus que chiant.

Sinon, je peux aussi vous avouer que si j’écris moins, c’est parce que je me suis fait enrôler dans le fandom du couple Ben et Leslie de Parks and Recreation. Je n’ai pas autant aimé un couple depuis, depuis très très longtemps. C’est vrai que j’ai adoré Monica/Chandler, Ross/ Rachel, Seth/Summer ou encore Jim/Pam mais ce n’était pas pareil. Pourquoi ? Tout simplement parce que quand j’ai commencé à regarder Friends ou The OC, ces séries étaient déjà finies et je savais que Rachel n’allait pas prendre cet avion et que Summer était la destinée de Seth Cohen. C’était gniiiiiiii à suivre mais il n’y avait plus d’effet de surprise. J’étais un peu fan de Michael et Sara de Prison Break mais là, ce que je vis avec Ben et Leslie, ça n’a absolument rien à voir. C’est si adorkable, réaliste et gniii. (Gniii : c’est quand il n’y pas de mots pour décrire votre état quand ils ont une scène trop mignonne ensemble. Vous vous contentez de gémir un « Gniiii » pour exprimer votre joie et excitation.)

Donc à part vivre des relations amoureuses à travers les séries, je me surprends ces derniers temps à faire une rétrospective de mes années lycée. Je pense qu’à 6 semaine de THE END, j’y suis bien obligée.

Quelqu’un m’a dit un jour que le lycée, ce sont les plus belles années de souffrance. Vous m’avez percé à jour, je tiens toute ma culture de films et de séries TV. Oui, c’était Little Miss Sunshine. (« So, if you sleep until you’re 18… Ah, think of the suffering you’re gonna miss. I mean high school? High school-those are your prime suffering years. You don’t get better suffering than that. »)

Je peux vous dire que le lycée a été pour moi les pires années de ma vie. Les pires. Oui, je n’ai pas eu une vie très dure jusque là. Mais je ne m’en suis jamais inquiétée car dans les films  et séries TV, ce sont toujours les gens qui sont de gros losers au lycée qui deviennent des gens trop cools. Et la pom pom girl trop cool avec ses soirées devient mère célibataire alcoolique avec 6 enfants ou un truc de ce genre là. Je reste donc persuadée que la vie est un film sauf qu’on a pas le droit de choisir le genre. J’ai lu ça quelque part sur Tumblr. Ma vie est sûrement un genre de film indie cynique avec des touches d’humour mais dépressif sur les bords. (Dans le genre que The Vicious Kind. Minus Adam Scott ce qui est encore plus déprimant.)

Le lycée, c’était nul. Pendant des années, tu fantasmes sur ces 3 années qui ne devraient consister qu’à aller en soirées, avoir beaucoup beaucoup de dramas avec des mecs et se faire plein de BFFs comme le décrivent si bien Gossip Girl ou toutes ces séries d’ados à la con. Je vais te dire la vérité: BULLSHIT !

En même temps, je suis ravie d’avoir souffert au lycée, car je pense que ça m’a permis de me forger une personnalité encore plus géniale qu’elle ne l’était déjà. Moi aussi, je pensais que ce n’était pas possible.

Le lycée, c’est fréquenter des gens, se faire des bises, faire des listes sur les plus beaux gosses de la classe (Oh c’est bon, j’étais en Seconde !)  s’offrir des cadeaux pour enfin s’éviter avec gêne un an après.

Le lycée, c’est comprendre que t’auras beau être aussi bien habillé qu’eux, jamais tu ne feras partie de leur univers. C’est une loi de l’Univers que tu ne peux pas comprendre.

Le lycée, c’est en réalité 70% de cours, de révisions, et de devoirs. Rien à voir avec Vampire’s Diaries où tu les vois genre trois fois en classe durant toute la saison.

Le lycée, c’est les premiers crushs, of course. Il se peut que je sois un peu en retard, mais mon premier crush s’est produit au lycée en Seconde. En Seconde, c’était pour moi l’année où je voulais absolument avoir un BF. C’était viscéral, je ne pensais qu’à ça. Maintenant tout ça est derrière moi, et j’ai des relations complètement platoniques avec Andrew Garfield, Jesse Eisenberg, Adam Brody et John Krasinski. Bon, je suis une fille comme toutes les autres et il m’arrive dès fois de fantasmer sur Adam Scott (Et j’ai pas besoin d’utiliser mon imagination car il a joué dans Tell Me You Love me. C’est assez pour m’exciter même s’il a en réalité un faux pénis dans la série. Ouah, j’en dis des choses. Shut the fuck up.)  bien qu’il soit marié et qu’il ait deux gosses. Bref, c’est tout à fait sain tout ça comme vous pouvez le constater. Non, sérieux, rajouter un autre mec IRL dans l’équation serait de trop et malsain. (Plus que ça ne l’est déjà.)

Le lycée, c’est donc mon premier et pour l’instant unique crush. Eh oui, je ne suis pas une crush slut. Enfin si, mais en revenant en arrière, ça a toujours été lui et uniquement lui. Les autres, c’était rien. Mon premier crush, c’est super bien passé car le crush était parfait. Il avait peut être de petits défauts, mais je ne le trouvais que plus attachant. Je crois que je me souviendrais toujours de lui. Il fait partie de mon TOP 10 des choses que j’ai préférées au lycée. (Non, c’est faux. C’est un TOP 5. Trop dur de trouver 10 choses cools en fait.)

Le lycée, c’est comprendre que même si tu es vraiment intelligente, drôle et pleine d’esprit, les garçons s’en foutent. Mais comme le dit ma bonne copine Tina Fey :

« Let the boys practice on other girls. Let them treat other girls like crud, let them learn how to French kiss for, like, 10 years, let them give some other girl a bunch of crappy Valentine’s Day gifts, and then you just move in when they’re fully formed. »

Lors de ma première et seconde année au lycée, pour plaire à un certain quelqu’un qui n’est pas The Crush, je changeai ma personnalité en fonction de ses intérêts et sa façon d’être. J’ai fait beaucoup beaucoup de conneries pour cette personne. Que je ne regrette pas. De cela, j’en retire que je suis genre une des filles les plus cools du monde et que je ne suis pas censée changer ma façon d’être parce que le garçon en question pourrait ne pas aimer ce que je suis réellement. Fuck that, si ce garçon ne m’aime pas telle que je suis, ça veut tout simplement dire que c’est un gros con qui ne mérite même pas mon attention.

Le lycée, c’est donc plein de galères et de souffrance mais ce qu’on en retire est en général plus positif que négatif. Sans les souffrances du lycée, on ne peut pas espérer un jour devenir une personne géniale.

(Pour les gens populaires qui ont super bien vécu le lycée et qui sont maintenant des gens encore plus cools qu’à l’époque, allez vous faire foutre. Merci.)



6 réflexions sur “I gotta get myself to Hogwarts, where everybody knows I’m cool.

  1. mllebabooshka dit :

    Je n’ai pas franchement aimé le lycée, si je n’avais pas eu mon petit groupe d’amis (que je voyais à la cantine et/ou dans le bus), j’aurai sûrement bien bien déprimée …

  2. Frenchies in Aussie dit :

    Je suis en Terminale cette année, donc normalement je quitte bientôt le lycée – enfin. Je n’ai pas vraiment adoré ces 3 années, pourtant je les ai attendu toutes mon enfance. Ma mère m’a toujours dit qu’elle et ses amis auraient voulu redoubler leur année de terminale tellement ils s’entendaient bien et que cette époque a été celle dont elle avait gardé les meilleurs souvenirs.
    Je voyais les grands lycéens comme des gens géniaux, libres, intelligents, profondément cool et je rêvais d’être comme eux, d’avoir de nombreux amis, de faire la fête, de vivre des histoires/aventures folles. Comme dans les séries et les films enfaite.
    Mais le lycée c’est aussi la fin de la scolarité, du moins la partie obligatoire, et elle m’a semblé interminable, je n’ai plus aimé l’école pour la première fois de ma vie, plus rien ne m’intéressait, j’ai saturé; je sature.
    Bien sûr, si je fais le bilan de ces années, je peux comme même me dire que j’ai vécu des moments exceptionnels, que j’ai eu de la chance et que j’ai été heureuse comme même. Mais j’espère que ça n’aura pas été les meilleurs de tous. Que la meilleure partie de mon existence n’est pas déjà derrière moi.

    C’est la première fois que je réagis sur ton blog, que je suis depuis trèèès longtemps pourtant et que j’adore, je me reconnais souvent dans ce que tu écris et j’attends impatiemment tes nouveaux articles pleins d’humour toutes les semaines. J’attendais le bon article peut être! Continue d’écrire tu es vraiment douée (enfin j’arrive pas à trouver LE mot parfait là, pour dire combien j’adore réellement ce que tu écris et tout le bien que je pense de toi) et je te souhaite bon courage pour le Bac et tout ce que tu entreprends.

    Désolée pour ce long commentaire mais quand j’écris je ne m’arrête plus🙂

    • MissChanandlerB. dit :

      mllebabooshka : Idem. Les pauses avec mon groupe d’amis sont en général ce que je préfère dans la journée. Et comme toi, si je n’avais pas un groupe d’amis, je serai sûrement très très déprimée.

      Frenchies in Aussie : Bienvenue dans le camp des gens qui réagissent aux articles ! Si tu te reconnais dans ce que j’ai écrit, ce n’est donc pas anormalement si je me reconnais dans ce que tu viens d’écrire ?
      Pour rien au monde, je ne redoublerais une autre année au lycée. Comme toi, je sature complètement. Bien sûr que j’ai eu de bons moments, j’ai rencontré des gens, j’ai appris plein de trucs qui me serviront jamais dans l’avenir mais j’espère vraiment que le meilleur reste encore à venir pour moi.
      Merci pour tout les compliments, ça me fait très plaisir. Le rythme des articles n’est plus du tout soutenu, ces derniers temps à cause du BAC. Mais dès que je passe ce foutu bac, et mes concours, je recommencerai à écrire des pavés pour pas grand chose au final.
      Bonne chance et bon courage à toi aussi !
      (J’adore les longs commentaires intéressants.)

  3. Hajar dit :

    Mes trois années de lycée sont pratiquement effacées de ma mémoire, je n’en ai gardé aucun souvenir, sans doute parce que j’étais dans un lycée de jeunes filles (in jail) et qu’il ne s’y passait rien du tout ! Rien de fun en tout cas.

    Mes meilleures années restent le collège, sinon bon ben j’attends la suite, still waiting…

You give away nice like it doesn't cost you anything.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s