God, shut up ! Everyone just shut the fuck up !

Je ne suis pas heureuse. Et je crois que j’ai arrêté d’être heureuse depuis très longtemps. Ces derniers temps, je ressens de plus en plus cet espèce de vide. Par vide, je n’entends absolument pas un manque de petit ami ou une connerie de ce genre. Ce n’est pas avoir un mec qui me rendra heureuse. Il existe des filles complètement connes qui pensent qu’il suffit qu’elles aient un mec pour être heureuses. Je les déteste.

Je ne sais pas ce qui me rendrait heureuse. Dès fois, je me demande si j’aurais été heureuse si j’avais fait ce choix au lieu d’un autre. Et j’essaye de me faire le scénario dans ma tête, et je ne suis pas plus heureuse dans un cas ou un autre. Je trouve que tout craint.

En terminale, je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie. Rien ne m’attirait dans le supérieur. Rien. J’ai pris le truc où je pourrais éventuellement m’en sortir, qui me demanderait pas trop d’efforts et où je pourrais éventuellement trouver du boulot en sortant. Mais c’est pas comme si c’était mon rêve, ma passion. Ma plus grande crainte ? Faire toutes ces études, terminer dans un bureau grisâtre et péter un câble comme Romain Duris dans L’auberge espagnole. Le plus triste, c’est que ma crainte est de péter un câble. Je suis capable de me résigner à   travailler dans un bureau grisâtre. Parce que, au moins, j’aurai un travail et un salaire. Et ça craint de penser comme ça. J’ai 17 ans, je suis jeune, je devrais avoir plein de perspectives et de possibilités. C’est comme si j’avais vu trop de merdes dans la vie pour savoir que ça finira toujours mal.

L’idée de terminer seule ne m’effraie même pas. Les gens me disent qu’une fille comme moi ne terminera jamais seule avec ses chats. Mais sincèrement, si c’était le cas, je m’en foutrais. Et je veux même pas des chats au pluriel. Je connais des filles absolument géniales notamment sur Tumblr et qu’aucun garçon n’a jamais été foutu de remarquer. Apparemment, c’est un truc vachement courant. Je ne sais absolument pas vers quels genre de filles se tournent les garçons. Parce qu’apparemment, ce ne sont pas les filles super géniales. Je ne parle pas de moi. Je ne suis pas aussi prétentieuse. Toutes ces filles sur Tumblr sont géniales et ça me surprend toujours que personne ne les ait un jour remarqués.

Quand je traîne avec ma nièce de 5 ans et qu’elle me raconte sa journée, je me dis que j’aimerais vraiment retourner à cette époque où tout était si simple.Elle n’a même pas à choisir ces vêtements elle même ! Okay, son pantalon vert était une erreur de jugement de la part de sa mère. Mais bon, j’aimerais bien qu’on me choisisse mes fringues le matin. Ça me fait tellement chier. Je me prends trop la tête sur le temps qu’il fait, si ça va ensemble, avec quel paire de chaussures je vais porter ça, s’il n’y pas trop de vent pour porter une jupe. Bref, plein de trucs comme ça qui me font perdre 10 minutes tous les matins. Parce que j’ai la flemme de choisir mes fringues la veille.

(concernant ma nièce, je me demande si je devrais m’inquiéter qu’elle soit aussi girly. Elle joue aux Bratz, clame adorer le rose et les nounours et tout. Je devrais peut être m’inquiéter mais sincèrement, je m’en fous. Ce n’est pas comme si c’était des signes précurseurs de future niaise… Enfin, j’espère. Elle est tellement heureuse quand elle me parle de ces trucs. Et je lui offre toujours ce genre de truc parce que je sais que ça va lui faire plaisir. Je suis une tante assez géniale. Heureusement que j’ai mon autre nièce de 7 ans qui m’a dit qu’Andrew Garfield avait de beaux cheveux. Ce sont des signes précurseurs de fille géniale à en devenir.)

Quand j’étais au collège, je trouvais ça merdique. Et maintenant, j’aimerais tellement revenir à cette époque. Tout était si simple. J’étais amie avec tout le monde, je ne les voyais pas encore comme des putains d’hypocrites complètement stupides. Je ne pensais pas aux garçons, ils ne m’intéressaient pas. Je crois même qu’ils me dégoûtaient un peu. C’est un peu le cas, ces derniers temps mais pour d’autres raisons. Les cours étaient tellement cons et simples. Je foutais rien et ça n’avait aucune répercussions. (en tout cas, pour moi.)

Je ne sais pas si c’est triste mais la seule chose qui me rend un minimum heureuse ces derniers temps, c’est le vendredi. Et vous savez pourquoi, uniquement parce que le vendredi, c’est Parks day. Voilà, c’est Parks qui me rend heureuse. Voilà à quel point je suis misérable. Et je m’en fous. Parce que il y a au moins une chose dans ma putain de vie qui me donne le sourire. Et c’est toujours mieux que rien du tout.

Bon, je vous ai tous déprimé. Cool. Quand j’écris ce genre d’articles, je crains toujours les commentaires. Parce que je sais qu’il y aura toujours des gens qui ne comprendront pas et qui écriront des conneries et ça m’énervera plus qu’autre chose. Oui maintenant, vous n’avez aucune envie de commenter. Cool.

Je vais retourner bosser parce que j’ai une tonne de boulot. Je ne devrais même pas écrire cet article. Mais quand j’ai une tonne de boulot, j’ai tendance à rien foutre. J’aimerais vraiment frapper la personne qui a inventé le mythe qu’à la fac, on branlait rien. Parce que moi j’y croyais, et me voilà submergée de travail, avec un planning serré, peu d’heures de sommeil et assez stressée et déprimée.

(Demain, c’est Parks day !)

(YAY!)

(Je crois que j’ai dû écrire l’article le plus déprimant au monde.)

9 réflexions sur “God, shut up ! Everyone just shut the fuck up !

  1. BloodySelena dit :

    J’étais un peu pareil à mon entrée à la fac, ça s’est amélioré quand j’ai trouvé quelque chose qui me plaisait ET où la présence en cours était obligatoire (parce que je faisais à la base à la fac, ben je vais recommencer, en fait, parce que ça m’intéressait vraiment).
    La seule chose que je songe à te dire, c’est de pas lâcher les cours, quoi qu’il arrive.
    Et puis c’est bête à dire, mais t’es pas toute seule dans ce cas là. Je sais que traîner avec des gens qu’on connaît pas encore, ça peut être chiant, dans un sens, mais ça fera du temps à déprimer en moins.

  2. Justine dit :

    Tout le monde (enfin je crois) se sent comme ça par moments. Je me suis souvent sentie comme ça mais faut quand même trouver des trucs à quoi se raccrocher… Ca peut être n’importe quoi qui te rend heureuse, du sport, de la musique ou même des sorties jusqu’à pas d’heure (moins conventionnel mais tout aussi efficace à mon goût), mater des séries par milliers😉 ! Après, trouver sa voie ça doit en effet être génial… Me voilà en L2, en train de faire une prépro IUFM sans trop savoir si je veux tenter de l’intégrer à la fin de ma licence, ou si je préfèrerais faire un master classique ou métiers de l’édition ou ou ou… Si ça peut te rassurer, tu n’es pas la seule à être paumée, et je t’avoue qu’en ce moment ça me bouffe un petit peu aussi.

    Et oui à la fac, il faut bosser, et rien ne m’énerve plus que les gens qui disent le contraire (surtout que la plupart de ces gens là n’ont jamais mis un orteil à la fac).

    Bref, tout ça pour dire que tu n’es pas seule !
    Bon courage pour le boulot que tu as !

  3. MissChanandlerB. dit :

    BloodySelena : Je crois que je ne vis pas encore très bien la transition Secondaire/Supérieur. Ça va faire un mois là, et ça commence à me peser. Les cours sont dans l’ensemble intéressant. Et je suis une intello donc je culpabilise à mort si je vais pas en cours. Chais pas, je suis un peu épuisée moralement. Et je ne sais pas quand je vais pouvoir me détendre. Chaque semaine de vacances à venir ressemble à des semaines de révisions.

    Justine : Je ne sais pas si c’est ce que tu as écrit ou la façon dont tu as écrit ça mais tu m’as un peu remonté le moral. (c’était pas gagné.) En fait, je culpabilise de faire autre chose que travailler. Genre maintenant, je regarde des séries en ayant mon bouquin ouvert. Histoire de pas trop culpabiliser. Je me demande vraiment qui a inventé cette connerie d’à la fac, on fout rien. Tu peux ne rien foutre, bien sûr. Mais si tu veux réussir, faut franchement bosser. Je suis à un point où dès fois je suis obligée de sauter le déjeuner pour bosser à la bibliothèque donc…C’est rassurant de savoir je suis pas la seule à mal vivre ce changement et ces perspectives d’avenir flous

  4. Adeline dit :

    Je pense sincèrement qu’on vit toutes et tous ce genre de moment lorsqu’on arrive à la fac (il n’y a que les gens qui font à la fac avec leurs amis qui n’ont pas le cafard après) Et pour être celle qui entame une deuxième licence à l’étranger et pour avoir des ami(e)s avec un parcours scolaire chaotique, je peux te rassurer en te disant que peu de gens savent réellement ce qu’ils veulent quand ils arrivent à la fac. Fac où le mythe de ne pas travailler subsiste alors que franchement pour y être passée et y être encore et ben, il n’y a rien de plus faux. La bibliothèque est ma 2ème maison et pourtant je suis loin d’être une intello (et pourtant moi aussi je ne supportes pas de rater un cours). Enfin, il ne faut pas désespérer. La fac ça va mieux avec le temps. Peut-être même que tu trouveras un groupe d’amis avec qui squatter la bibliothèque! Bon courage à toi et surtout ne culpabilise pas de regarder quelques séries, il faut bien décrocher de temps en temps du boulot de la fac!

  5. Laura dit :

    C’est mon premier comeback sur ton blog depuis la rentrée et je crois qu’on est définitivement réglées. Je suis en pleine dépression ce soir. Si je t’avais écrit hier, j’aurai au moins eu le plaisir de te dire que j’avais des notes « correctes » pour un début d’année (entre 8 et 11) mais ce n’est plus le cas. J’aime encore ce que je fais mais je suis complètement léssivée, comme vidée. Je me demande ce qui me fais me lever chaque matin & pourtant je le fais quand même. Ce n’est même pas que je n’ai plus de vie sociale (enfin si, presque) mais c’est que, comme toi, je culpabilise quand je fous rien. Aujourd’hui, j’ai eu ma première note de merde : 5 en latin. Celà fait 3 semaines que je fais du latin & ma (connasse) de prof nous a déjà donné des lignes à traduire (mais genre en latin une phrase complète ça peut faire 5 lignes). En prime, j’ai eu le droit à un joli commentaire : « D’une nullité affligeante. »
    En plus, je peux même pas me raccrocher au mec qui me plaisait puisqu’il s’avère être un beau connard lui aussi. Enfin, pas avec moi, mais il est hautain et dédaigneux avec tout le monde sauf 3 filles dont moi. Donc ça me rebute clairement.
    En plus, il fait froid, j’en ai marre de réfléchir, je veux partir loin d’ici. Je sais même pas comment je vais gerer mes vacances, étant donné que toutes mes amies sont à la fac donc presque pas de vacances et je sais déjà que j’aurai énormément de boulot. Tu vois l’emploi du temps de révisions pour le bac ? Bah moi, je suis obligée de le faire chaque semaine pour ne pas me laisser déborder. Rajoute à ça que 3 élèves de ma classe sont déjà parties, ce qui fout le moral dans les chaussettes. Le pire, c’est que celle qui nous a quitté aujourd’hui a eu mention TB au Bac et à chaque fois qu’elle prenait la parole, ce qu’elle disait était particulièrement brillant. Alors bon, je me pose des questions.
    Désolé, j’écris un commentaire encore plus déprimant que ton article. En tout cas, tu m’apprends des trucs sur la fac. Moi je pensais que c’était détente. En tout cas, en Com’ pour ma soeur, ça l’était vraiment. En tout cas, c’est bien que le droit ça te plaise vu que tu savais pas vraiment vers quoi t’engager. J’imagine qu’il y a plein de gens de ta promo qui ont déjà arrêté de venir. J’ai une copine qui fait du droit aussi ; elle me disait que certaines personnes étaient jamais en cours & venaient que pour les TD. C’est ridicule, tu peux pas le réussir si t’as pas assisté au cours…
    Bon, je vais aller regardé l’épisode 1 de P&R (je suis en retard dans mes séries) en espérant que ça me remonte le moral.. Quelles séries de la rentrée valent le coup ?

  6. MissChanandlerB. dit :

    Adeline : Je n’ai pas l’intelligence d’une intello mais j’ai la conscience morale d’une intello. Donc je n’ai que les mauvais côtés au final. C’est juste que dès fois, je me sens vraiment nulle comparée à certains et je me dis que je ne dois vraiment pas travailler assez ou que je ne suis pas assez intelligente. Et ça, ça me déprime.

    Laura : Tes longs commentaires m’avaient manqué ! J’ai pensé à t’écrire un e-mail mais je me suis dis que t’aurais certainement pas le temps de me répondre.
    8-11, c’est correct. Vous êtes tous débutants dans ta classe de latin ou il y en a qui ont déjà fait ? Le latin, c’est l’une des raisons pour laquelle je ne suis pas allée en prépa.
    Moi, je peux dire que je n’ai pas de vie sociale. Il y a le boulot, les séries et mes potes sont en prépa, médecine ou aussi occupés que moi par la fac.
    Concernant le mec, je te trouve vraiment cool. Étant donnée qu’il est sympa avec toi, tu pourrais tout simplement te sentir comme une privilégié et te sentir supérieure parce qu’il daigne te parler. Mais non, toi, tu le juges aussi par rapport à l’attitude qu’il a envers les autres. Et ça, je trouve ça cool.
    Dès fois, j’ai envie de tout lâcher aussi. Mes vacances sont en réalité des semaines de révisions donc c’est vraiment la merde.
    Je pense que la prépa, c’est beaucoup de mental. Si la prépa, c’était pas son truc, je comprends qu’elle ait lâché.
    Le premier épisode de P&R va te déprimer et te donner le sourire. Sentiment étrange. Moi, j’ai beaucoup pleuré après cet épisode (faut dire que je suis beaucoup trop investie dans une relation entre deux personnages fictifs) donc je ne sais pas si ça va pouvoir te remonter le moral.
    New Girl, c’est comme Glee : beaucoup de bruits pour pas grand chose. C’est pas mal mais ça ne mérite pas AUTANT d’attention. En tant que comedy nerd, je ne suis pas fana de cette série. mais je comprends pourquoi elle plaît.
    Up All Night, c’est la seule nouveauté que je suis. Faut dire que j’ai pas regardé énormément de pilots. Up All Night, j’aime beaucoup mais ça c’est parce que je suis une fan de Will Arnett (M. Poehler), Maya Rudolph et l’esprit SNL.

  7. Noa dit :

    Depuis le temps que je te  » connais  » je n’imaginais pas que tu avais deux nièces. (hors sujet total de l’article mais c’est ce qui m’a le plus surprise !)

    • MissChanandlerB. dit :

      Noa : Je n’en avais encore jamais parlé auparavant car il n’y avait pas grand chose à dire. Elles étaient des bébés à l’époque, elles faisaient des trucs de bébés, rien d’assez intéressant pour être publier su mon blog, quoi ! (J’ai un neveu aussi.) Oui, je suis beaucoup moins expressive que toi concernant l’amour que je porte à mes neveu et nièces.

You give away nice like it doesn't cost you anything.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s