And we’ll hate what we’ve lost but we’ll love what we find

Parfois, j’aimerais être une personne qui loue une chambre dans cette maison. Parce que ces derniers temps, c’est de plus en plus difficile de faire partie de cette famille. Parce que si je n’étais qu’une locataire, mes parents ne me donneraient pas de leçons de manière régulière sur ce que je vais faire de ma vie. J’EN SAIS FOUTREMENT RIEN, okay ?! Je ne suis pas mon frère, je n’ai pas prévu méticuleusement ma vie pour les 10 prochaines années à venir.

Mes parents aiment me rappeler à quel point je suis nulle, bête, irresponsable et inutile. Comme si je ne le savais pas déjà. Oui, tous mes amis sont mieux que moi. Oui, je suis incapable de me faire engager quelque part. Oui, je ne sais pas quoi faire de ma vie. Oui, je sais qu’avec mon caractère difficile, aucun garçon ne voudra de moi. Faire une liste de toutes mes insécurités est le jeu préféré de mes parents dernièrement. On penserait que je m’habituerais à entendre constamment tout ce qui ne va pas chez moi mais non, ça me blesse toujours autant. Et par conséquent, je prends beaucoup de sadness bath ces derniers temps. J’aimerais tellement ne pas me préoccuper de leurs avis comme je me fous de l’avis des gens que je ne connais pas. J’aimerais tellement être détachée face à eux. Mais je n’y arrive pas.

 Ils prévoient déjà le pire avenir possible pour moi. Mes propre parents ne croient absolument pas en moi. YAY ! Encore un truc positif pour mon égo !

Ce qui est étrange, c’est qu’ils ont une perception très bizarre de moi. Comme s’ils ne me connaissaient pas. Comme si je n’étais pas leur fille. Ils trouvent que je suis insolente. Je suis incapable de les regarder, ou de les répondre quand ils me gueulent dessus car je sais que je vais pleurer. Alors j’adopte un certain masque qu’ils prennent pour de l’insolence. Ils trouvent que je suis prétentieuse et condescendante mais avec absolument aucune raison de l’être, un peu comme les gens de ma classe en Terminale. Je  peux paraître froide, mais c’est parce que je suis la personne qui a le plus d’insécurités au monde. Et ce n’est qu’une façade.

Ils ne comprennent pas pourquoi je ne suis pas plus souriante, sociable, et avenante vers les gens. Ils me demandent de corriger cette attitude. JESUS FUCKING CHRIST ! Ce n’est pas une putain d’attitude que j’adopte. Il est sincèrement difficile de sourire pour moi plus que nécessaire. Je ne suis pas le genre de personne qui sourit tout le temps pour rien. Je ne sais pas faire de petites conversations avec des gens que je ne connais pas très bien. Et ce n’est pas parce que je ne le montre pas que je ne ressens rien. Je peux tenir à beaucoup de choses dans ma vie sans forcément l’exprimer avec emphase. Même mes parents avec qui je vis depuis 18 ans ne me comprennent absolument pas. Tout d’un coup, je comprends mieux mes camarades au lycée, et je les pardonne de m’avoir exclu. Je ne sais pas sourire, je suis une putain de weirdo.

J’ai l’impression d’être l’enfant la plus ingrate au monde. Mes parents ont l’air de me considérer comme la pire, que tous les autres enfants sont beaucoup plus supportables que moi. Et franchement, je ne sais pas ce que j’ai fait de mal volontairement. Le seul truc qu’on peut me reprocher, c’est que je ne sais pas vers quelle direction se dirige ma vie. Mais ce n’est pas un choix de ma part. Je n’ai pas choisi de ne pas savoir. Fuck, j’ai suivi toutes leurs règles à la con et je ne serai jamais assez bien pour eux. Je ne suis pas sortie avec des garçons au collège et lycée. (Bon, en même temps je n’avais pas vraiment le choix. Et le fait que mes parents pensent à cette possibilité était plutôt flatteur vu à quoi je ressemblais) Je ne bois pas, je ne fume pas, je ne me drogue pas. Je ne sors pas super tard le soir. Je n’ai jamais osé élever la voix face à mes parents. Je passe une partie de mon temps libre à m’occuper de mes grands parents. Je fais mes devoirs. Je vais en cours. Je n’arrive pas en retard. Je cours tous les matins juste pour faire une activité physique. Je range ma chambre sans qu’on me le demande. Je suis en charge de la moitié des tâches ménagères de cette maison. Alors, FUCK THEM ! Je suis quelqu’un de bien. JE SUIS QUELQU’UN DE BIEN ! Je fais tout bien. Je ne suis pas l’horrible personne qu’ils décrivent. Essayent ils cette tactique où ils passent leur temps à me descendre pour que je me réveille et que je fasse tout pour leur prouver le contraire ? Parce que si c’est le cas, CA NE MARCHE PAS SUR MOI ! Cela me donne juste l’impression d’être merdique.

  Je n’ai même pas réussi à écrire une carte pour la fête des père. J’ai juste acheté un truc. Pour la fête des mères, j’ai réussi à écrire un truc mais j’ai écrit ce que je pensais d’elle à une époque très lointaine et l’opposé de ce que je pensais sur le moment. Je continue à les respecter, et je les aime en tant que parents mais franchement je ne les apprécie plus vraiment ces derniers temps.

(Désolée pour le cliché de la crise d’adolescence en retard mais j’avais juste besoin d’écrire pour me soulager vu que je n’arrive pas à m’exprimer face à mes parents. Une conversation avec mes parents se déroulent uniquement de deux façons différentes : – Ils me gueulent dessus. Je tombe dans un silence complet. (Best case scenario) Et l’autre, la plus récurrente :  ils me gueulent dessus. J’essaye minablement et sans succès de retenir mes larmes.)

15 réflexions sur “And we’ll hate what we’ve lost but we’ll love what we find

  1. Cracotte dit :

    Evidemment que t’es une fille super bien. Souvent, les parents ils croient faire du mieux qu’ils peuvent. Alors sans en savoir trop, je crois que les tiens ont peur pour toi alors ils l’expriment comme ça. That sucks, on est d’accord. Alors continue à l’exprimer sur ton blog et pense à toi, et continue ta vie comme tu l’entends, okay ?
    bises

    • MissChanandlerB. dit :

      Je sais que je devrais essayer de comprendre mes parents. Je sais. J’ai maintenant 18 ans, et je devrais avoir plus d’empathie sur ce qu’ils peuvent ressentir. Être parent est quelque chose de difficile et effrayant. Les parents sont toujours inquiets pour leurs enfants depuis leurs naissances. Écrire, c’est mon seul moyen de me calmer et me soulager. Écrire et courir probablement. Vivre ma vie comme je l’entends, c’est bien ce que je compte faire malgré l’inquiétude de mes parents.

    • Cracotte dit :

      ouh là non, ce n’est pas à toi de comprendre tes parents, désolée de t’annoncer ça mais tu es encore adolescente. Et devenir adulte, ce n’est pas comprendre ses parents, c’est accepter de ne plus vouloir les changer, et tu as encore le temps pour ça. Y a des gens qui passent leur vie en conflit avec leur parents, alors si tu veux déjà ne plus être en conflit avec eux, c’est que tu grandis et tu mûris bien assez vite. Tu passes le passage obligé vers l’âge adulte. Ca peut être long, ça peut être pénible, mais tant que tu es dedans, à ton âge, aucun lieu de s’inquiéter.
      Pareil s’ils te disent que tu es égoïste, tu as 18 ans, c’est NOR-MAL.

    • MissChanandlerB. dit :

      Le problème, c’est qu’on se dispute un bon coup. Puis quelques jours passés à se faire la gueule, on fait comme si rien ne s’était passé. Mais je sais que ce conflit n’est pas réglé et qu’il reviendra à la surface plus tard car c’est toujours ce qui se passe. C’est toujours le même sujet de conflit que j’ai avec mes parents depuis quelques mois déjà. Mais n’arrivant pas à leur expliquer, et eux à m’écouter VRAIMENT et me comprendre (quand ils sont bloqués sur leurs avis, ils sont assez têtus.), ce problème ne se règlera VRAIMENT que lorsque j’aurai ma vie en ordre.
      Ils me reprochent des trucs assez ordinaires : l’égoïsme, tendance à abandonner tout ce que je commence, ne pas avoir d’avenir tracé. Mais à côté de mon frère parfait, j’ai l’air anormale.

    • Cracotte dit :

      et un jour, cela changera. de mon propre ex, mon frère était celui qui avait un avenir, ma soeur celle qui était sage, et moi celle qui faisait n’importe quoi. je suis partie, j’ai vécu ma vie et j’ai entendu dire (lol) que ma mère était fière de moi et que maintenant, elle dit à ma soeur que je me débrouille mieux qu’elle et à mon frère que j’ai mieux gagné ma vie que lui. A chaque période, les parents qui ont tendance à triangulariser les conflits (c’est-à-dire prendre à témoin un autre) changent leur stratégie selon leur humeur. Dont acte😉

    • MissChanandlerB. dit :

      J’imagine. Après, je suis contente que mon frère ait comprit comment fonctionne la vie et tout, et il est la personne en qui j’ai le plus confiance au monde. Je ne me sens pas en compétition avec lui, comme il ne se sent pas supérieur à moi. Mais c’est vrai que mes parents ne peuvent pas s’empêcher de comparer avec mon frère, mes amis, tout le temps.

  2. mllebabooshka dit :

    Parfois je me reconnais dans certains points que tu écris … & je suis d’accord avec Cracotte, je crois qu’ils ont peur pour toi, et qu’ils sont juste maladroits …Ma mère qui s’énerve très peu a eu parfois de grands moments de colère, du coup très marquants, pour que ma petite soeur et moi on se bouge. Sur le moment, j’essayais juste de ne pas pleurer et aucun mot ne sortait (ce qui l’enervait encore plus parce qu’elle voulait dialoguer). Aujourd’hui, après presqu’1an de vie toute seule dans mon appartement, je la comprends, et je sais qu’elle a fait ça pour me faire réagir … Autant te dire que quand elle m’a dit qu’elle était fière de moi le mois dernier, j’étais aux anges ( & quand mon père me l’a dit aussi, je l’étais peut-être encore plus car lui il a tendance à ne voir que tes défauts …).

    • MissChanandlerB. dit :

      Je sais que mes parents ont peur pour moi et que ceci est leur façon maladroite de l’exprimer. Mais moi aussi, j’ai énormément peur pour moi. Et le fait que eux aussi ont peur pour moi m’effraie d’autant plus. Et je n’arrive pas à prendre leurs critiques de manière rationnelle et calme en me disant qu’ils disent ça car ils sont inquiets pour moi. Je le prends pour moi, et ça me blesse terriblement. Le jour où mes parents me diront qu’ils sont fiers de moi sera un grand jour. Et ça sera encore plus surprenant venant de mon père pour les mêmes raisons que toi.

    • MissChanandlerB. dit :

      Après certains des propos de mes parents, je me remets parfois VRAIMENT en question. Suis je vraiment SI égoïste ? Suis je si égocentrique que je ne remarque pas à quel point je suis égoïste ? Très difficile d’être objective sur soi même.

  3. Laura dit :

    Cela faisait longtemps que je n’avais pas posté de commentaire – par manque de temps et par flemme aussi certains jours, j’avoue – mais j’ai continué à te suivre toute l’année.
    Ce que je vais dire va te paraître con mais tu as beaucoup mûri.
    Tu n’as pas à culpabiliser de ce que tu es car jusqu’à présent tu as un beau parcours. Seriously. Je crois que tes parents ne réalisent pas ce que certains ados font subir directement ou indirectement à leurs parents. Je crois qu’ils te comparent trop à ton frère qui a l’air d’être « tellement plus brillant, plus travailleur, plus acharné » et j’en passe (je les connais ce genre de commentaires). Ils ont peur pour toi et ils te transmettent leur peur.
    J’ai les même à la maison, si ça peut te rassurer un peu (pour ma part, le problème vient du fait que je ne sais pas si j’ai envie d’aller en 2è année de prépa et lorsque j’ai émis l’hypothèse d’aller directement en 2ème année de licence de philo, je te dis pas la gueule qu’ils ont tiré. On aurait dit que j’avais pris un pass direct pour l’enfer. Il me compare à ma sœur qui a foiré ses études à la fac). J’ai peut-être tord mais, en te lisant, j’ai l’impression que tu as toujours un peu agis dans le sens de tes parents, comme si tu ne voulais pas les embêter (ce qui est compréhensible) et que tu as toujours essayé d’être à la hauteur de ce qu’eux attendaient de toi, et non pas de ce que toi tu attendais de toi-même.
    Essaye tant que possible de ne pas les écouter, il ne te connaisse plus. Je crois qu’avec le temps tu devras apprendre à agir à ta propre guise, même si certaines de tes décisions ne leur plairont pas forcément.

    Je t’embrasse.

    • MissChanandlerB. dit :

      LAURA ! I MISSED YOU, BOO ! (J’appelle tout le monde « Boo » maintenant.)
      Je pensais que tu étais bien trop occupée avec la prépa pour passer sur mon blog. Ce que je peux totalement comprendre. Mais tes super longs commentaires m’ont manqués !
      Je ne pense pas que j’ai vraiment mûri. Si c’est le cas, je n’ai pas vraiment envie. Je ne sais pas pourquoi.
      Oui, mes parents ne réalisent pas vraiment qu’il puisse exister des adolescents pires que moi. Ils n’aiment pas comparer avec le pire, ils aiment comparer avec le meilleur. Ils devraient regarder des émissions comme Tellement Vrai. Ils seraient TELLEMENT reconnaissants de m’avoir après.
      Le problème, c’est que moi même j’ai déjà peur pour moi. J’ai peur tout le temps. (Yep, je devrais former un club avec Hannah de Girls. OMG, regardes tu Girls ? Si non, tu devrais, ABSOLUMENT.) Et cette peur que mes parents me transmettent n’est qu’une accumulation de la peur que j’ai déjà.
      Licence de philo ? WOW. La première de ma classe en Term qui est genre l’une des filles les plus brillantes que j’ai jamais rencontrée est allée en Licence de philo. Elle avait toujours des 15 en philo. Je ne savais pas que tu aimais à ce point la philo ! Je n’ai jamais vraiment su si j’aimais la philo. Je trouvais les cours agréables, et super intéressants. Mais j’avais toujours des notes entre 10 et 12. Alors peut on vraiment aimer quelque chose où on est visiblement médiocre ? Dunno. C’est parce que tu as envie de plus te concentrer sur la philo que tu as envisagé cette possibilité ?
      Non, tu as absolument raison. Je suis toujours allée dans le sens de mes parents. Parce que c’est facile tout simplement. Cela facilite la vie de tout le monde. A part moi. Ah si ! J’ai pris une décision contre l’avis de mes parents. Une fois. Et ce fut l’une des meilleures décisions de ma vie. Je suis passée en Terminale L au lieu de S ! Et cela m’a rendu très heureuse de pouvoir enfin étudier des choses que j’aime et qui m’intéresse. Je pense que je vais maintenant faire ce que j’aime. Parce que quel est l’intérêt de faire quelque chose que je n’aime pas ? Juste pour rassurer mes parents ? Non, ça n’en vaut pas la peine.
      Bon courage à toi ! Et je pense que tu peux aussi appliquer dans ta situation les très bon conseils que tu me donnes !
      Je suis vraiment contente d’avoir de tes nouvelles. Parce que blah blah j’ai pas de lecteurs préférés et tout mais en fait si ! Et t’es dans mon top 5 ! (sur les 10 personnes qui me lisent ! YAY !)

  4. Laura dit :

    Je comprends. Je te souhaite de rester éternellement adolescente (je fais partie de ces gens qui pensent que l’adolescence est une de mes meilleures – si ce n’est la meilleure – périodes de la vie d’un être. Être adulte est chiant. D’ailleurs, les adultes les plus drôles et créatifs sont ceux qui ont gardé leur part de jeunesse, la plupart du temps).
    Bien sûr que je regarde Girls ! C’est l’une des meilleures nouveautés de la saison, peut-être même la meilleure selon moi. J’adore le couple Hannah/Adam, ils sont weird mais tellemeeent mignons ensemble. Je me reconnais parfois dans Hannah, ce qui devrait m’inquiéter d’ailleurs (la fille qui se pose des questions existentialistes dans des situations incongrues, qui dramatise, qui est toujours disproportionnée dans ses réactions, c’est moi). Par contre, j’aime pas trop Marnie, son attitude de petite fille modèle, parfaite et à la fois égocentrique, m’énerve. Depuis la fin de la saison, je cherche quelque chose pour combler le vide laissé. Sur le site « flavorwire » il conseillait des titres de livres en VO (j’en lis de plus en plus depuis cette année) comme dignes remplaçants de Girls. Il y en a un qui a l’air génial : c’est « Bad Behavior » de Mary Gaitskill. C’est un recueil de nouvelles racontant le parcours de jeunes femmes désenchantées à New York. Ça avait l’air ressemblant et cool. Sauf qu’il est plus disponible sur Amazon, wtf. Bref, je raconte ma vie là.
    Entre 10 et 12 en philo, tu n’étais pas nulle. Surtout si on prend en compte que, au niveau des profs de philo, il y a un certain laisser-aller au lycée (expérience perso). J’adore la philo, tout comme la littérature. Ça m’a vraiment sauvé la vie à certains moments de mon existence. Ça sonne un peu triste comme ça, mais c’est la vérité.
    J’envisage de faire cette licence car j’aime vraiment ça, et puis aussi parce que j’en ai un peu marre de la prépa. Je sais pas si j’ai envie de continuer. Cette année, je n’ai eu aucune vie sociale en dehors de mon cercle d’amis de prépa. Mais mes VRAIS amis, je les ai peu vus. Quand on est en prépa, on est vraiment dans un monde à part, dans une bulle. Et ces dernières semaines, la bulle a éclaté. J’ai réalisé qu’il y avait un monde en dehors. Quand t’es un prépa, t’as tendance à tout dramatiser à force (« quoiii mais j’ai pas encore lu un seul livre de Proust !? Non, mais c’est mort, si je l’ai pas lu d’ici la fin de l’année, je peux dire aurevoir au concours »). Je caricature un peu, mais en gros, c’est ça. Tu finis par trouver le reste du monde con. Sans penser une seule seconde que tu VIS avec des cons. Seriously, c’est un truc que j’ai expérimenté cette année. Plus les garçons sont sensibles, littéraires, un peu torturés sur les bords, plus ce sont des assholes. Ceux qui sont capables des plus beaux gestes sont aussi ceux qui sont capables des pires.
    Et puis, je vois mes amies qui étaient moins bonnes que moi au lycée et qui se baladent à la fac. Elles sont en droit, en LEA, ou en histoire de l’art. Elles ont toutes entre 13 et 14 de moyenne pendant que moi je me tue à faire des dissertations de plus d’une dizaines de pages, pour au final récolter 11. Et être contente, parce que 11, c’est déjà pas mal.
    Mais bon, la fac ça m’effraie. On dit tellement que les gens qui sortent de la fac diplômés finissent chômeurs. Et puis, je voudrais rentrer dans une grande école, donc faut passer des concours où il y a de l’anglais. Et en fac de philo, il y a plus d’anglais. Donc, ça signifie qu’il faut bosser par soi-même. Et franchement, de ce point de vue là, je suis encore une enfant. Je suis la première à glander. Et puis, j’ai peur de ne pas me faire d’amis, de m’ennuyer. Mais d’un autre côté, ça pourrait être tellement cool. Il paraît qu’il a beaucoup de mecs mignons en licence de philo. Ce qui manquait cruellement cette année dans ma classe. Un, celui avec qui je suis brièvement sorti. Un con.
    Quant à toi, c’est idiot, mais je pense que tu devrais écouter ton cœur. Moi, ce que j’essaye toujours de me répéter, c’est que malheureusement un jour, mes parents ne seront plus là. Et quand ce jour arrivera, je ne veux pas me rendre compte que ma vie c’est construite à partir de leurs propres désirs. C’est TA vie, pas la leur. Et si tes parents sont plus des juges que de véritables parents, alors je crois que tu devrais avoir une discussion avec eux.
    Et merci, c’est adorable. Tu es ma blogueuse favorite. Et la seule que je suis encore (j’ai fini par lâcher tous les autres sites à un moment ou à un autre)

  5. MissChanandlerB. dit :

    J’aime bien l’adolescence. Enfin, l’idée de l’adolescence. Ensuite le vivre, c’est différent. C’est pour ça que je lis autant de Young Adult livres ces derniers temps.
    Je crois que Girls est pour moi aussi la meilleure nouveauté. Enfin, faut dire que j’en ai pas vu énormément. Je m’étonne d’aimer Hannah et Adam parce que ce couple était assez horrible au début. Je n’aurais jamais cru qu’un jour j’aimerai Adam et pourtant, c’est le cas. La dernière scène entre eux dans le final était juste parfaite. Dès fois, je me reconnais en Hannah, et ça m’inquiète aussi. Je n’ai pas d’opinion sur Marnie, mais je trouve que l’actrice, Allison Williams, est vraiment très belle. SHOSHANNA (« Don’t get raped by the man in plaid! ») est ma préférée ! C’est vrai que c’est le personnage le plus comique entre les quatre. Et j’espère qu’on la verra davantage dans la saison 2.
    J’ai vu l’article. Je jetterai un coup d’oeil à Bad Behavior lorsque j’aurai terminé tous mes bouquins en cours. Moi aussi, j’ai commencé à lire beaucoup de livres en VO cette année. Même si ça a commencé parce que je ne trouvais que des ebooks en anglais mais ensuite j’ai pris goût et je lis la moitié de mes bouquins en VO et l’autre en FR. En ce moment je lis Game of Thrones Tome 1 et Fahrenheit 451 en VF. Et je viens de finir « Freedom » de Jonathan Franzen et « Looking for Alaska » de John Green en VO, et j’ai commencé « Why we broke up » de Daniel Handler (Ma dose de livre YA. J’adore lire sur l’adolescence.)
    BTW, les gens qui veulent commencer à lire des livres YA en anglais, vous pouvez commencer par The Perks of Being A Wallflower. En plus, l’adaptation au cinéma va bientôt sortir.

    Je te comprends. Je me suis souvent réfugiée dans la lecture, dans des histoires, des personnages. Tes amis de prépa ne sont pas tes VRAIS amis ? WHAT THE WHAT ? Non, je comprends ce que tu veux dire.
    Certaines personnes de prépa ont parfois l’air condescendantes. Comme s’ils étaient meilleurs que tout le monde car ils sont en prépa. Et ceci est justifié car ils travaillent plus que tout le monde. Et que les autres sont des feignasses qui foutent rien.
    Quant aux garçons, je n’ai aucun mal à te croire. Même si dans tous les bouquins YA que je lis en ce moment, le garçon est surnaturellement super gentil, agréable, drôle, un peu cocky, intelligent, bref, parfait. Et ça ne me gêne pas car dans la vraie vie, il y a déjà assez ou exclusivement des assholes. Donc ça fait du bien de lire des garçons mignons, drôles, et sincèrement gentils.
    Je pense que c’est un peu la crise en ce moment. Donc quelque soit où t’es diplômé, les probabilités pour trouver du taf sont contre toi
    Si je suis ta blogueuse favorite, c’est que tu ne dois pas lire beaucoup de blogs.

  6. Camille dit :

    Moi je trouve que tu es une fille bien. Et le small talk et toutes ces choses, ça s’apprend. Il me faut du temps pour avoir une conversation relax avec les gens. Même si je les connais via twitter, je vais chercher mes mots pendant des heures au lieu d’être naturelle. Et du coup j’ai une voix dans ma tête qui dis  » Oh mais c’est pas toi là, hihihi, t’es trop coincée devant les inconnus ». Mais I don’t care ! C’est mon côté Darcy et puis c’est tout.

    Je trouve que t’es une fille de 18 ans cool, timide et un peu mal à l’aise en société, vaguement mal dans ta peau. Mais des tas de gens le sont, moi la première. Tu n’es donc pas une ratée ou rien d’autre dans ce genre.

    J’ai un peu l’impression d’être la vieille qui donne des conseils mais tant pis, je joue ce rôle à fond. Les choses finissent par changer et plutôt vers le mieux.

    Parfois faut faire un truc un peu choc dans la vie pour s’apercevoir qu’on vaut mieux que ce qu’on croit et qu’on vaut mieux que ce qu’on croit valoir aux yeux des gens. Je suis sûre que tes parents te prennent pas pour une nulle, ils ont juste la dose d’inquiétude qu’ont tous les parents vis à vis de leurs enfants.

    Bon voilà. Tu as mon adresse mail, si tu veux faire un truc : aller au cinéma, parler de séries télé, boire de l’alcool avec une fille qui a 10 ans de plus que toi ou juste parler. Moi ça me plairait bien de te rencontrer parce que t’es tout sauf une ratée !

You give away nice like it doesn't cost you anything.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s