I’ll tell you that I love you then I’ll tear your world apart.

J’ai dit que j’écrirai peut être sur tous ces livres que j’ai lu pour mon Reading Challenge, et je tiens toujours mes promesses.  Ce ne sont pas vraiment des critiques objectives, sérieuses et constructives. Il y a des gens qui font ça beaucoup mieux que moi. C’est plus des remarques, commentaires et mon ressenti. J’écris ces articles un peu pour vous et surtout pour moi. (Donc un peu comme d’habitude. Hey ! Je vous rappelle que ce blog trouve son origine dans mon égocentrisme) Pour vous, car ces articles vous donneront peut être envie de lire certains livres ou au contraire vous épargner d’horribles lectures. Pour moi, car j’ai envie d’avoir un petit souvenir de tous ces livres que j’ai lu pour ce Reading Challenge.

Je vais essayer de rattraper mon retard le plus rapidement possible pour ensuite pouvoir écrire ce genre d’article à la fin de chaque mois.

READING CHALLENGE : JANVIER 2013

AMAHZING !

    The Book Thief de Markus Zusak (x)

  “I have hated words and I have loved them, and I hope I have made them right.”

    J’ai lu ce livre grâce à une recommandation de John Green dans une vidéo VlogBrothers. John Green a une très grande influence sur moi. Je lirais tout ce qu’il me dit de lire. Et s’il pense que Ansel Elgort ferait un excellent Augustus Waters, je le crois sur parole. (malgré mon scepticisme à la vue des photos Google Images de cet acteur…) Ce livre est tellement beau, et spécial. Le narrateur de ce livre est la Mort. Donc forcément un narrateur omniscient. C’est assez expérimental comme livre. Je n’avais encore jamais lu quelque chose de similaire à ce roman. Je ne parle pas du thème de la Seconde Guerre mondiale, car je suis presque sûre que je peux en trouver à la pelle des bouquins avec ce thème en fond. Ce qui n’est pas étonnant, c’est un thème riche. Mais je parle plus de la structure de ce livre qui était assez inédite pour moi. Le personnage principal Liesel Meminger est tellement attachante. L’évolution des relations de Liesel avec ses parents adoptifs, le voisin trop choupi Rudy Steiner et les livres est juste incroyable à suivre. C’est un développement qui prend du temps mais ça en vaut largement la peine. Et oui, beaucoup de larmes ont été versés durant la lecture de ce livre. Étonnant pour un livre qui se passe durant la Seconde Guerre mondiale, right ?

Pride and Prejudice de Jane Austen (x)

“It is a truth universally acknowledged, that a single man in possession of a good fortune, must be in want of a wife.”

Je n’ai pas vraiment besoin d’expliquer pourquoi ce livre est dans ma catégorie AMAHZING… Ce que j’ai besoin d’expliquer est probablement pourquoi je n’ai pas lu ce livre plus tôt. J’ai commencé à m’intéresser à Jane Austen quand j’avais 15 ans. J’étais tellement sûre que j’allais aimer que je me suis achetée une anthologie Jane Austen. J’ai commencé par le premier Austen de mon anthologie qui était Sense and Sensibility. Et god, je n’avais pas aimé. Je trouvais ça ennuyeux, je me demandais quand il allait se passer quelque chose. Bizarrement à 15 ans, je voulais que tout le monde couche avec tout le monde dans mes bouquins. (Gossip Girl répondait parfaitement à mes attentes.) J’ai décidé de lire Pride and Prejudice  car j’étais, pendant cette période, obsédée par The Lizzie Bennet Diaries. Je voulais mettre en parallèle l’œuvre originale et cette adaptation moderne. C’était vraiment fun de lire Pride and Prejudice en ayant en tête les premiers épisodes de LBD. J’ai vraiment aimé lire Pride and Prejudice. Je pense que je n’étais pas assez mature à 15 ans pour apprécier l’écriture de Jane Austen. Je trouve que LBD a fait une adaptation très intéressante, surtout au niveau des personnages. Les personnages de Lydia ou encore Georgiana sont plus développés et profonds dans LBD que dans le roman. Btw, j’ai hâte de recevoir mes DVD LBD en juillet avec les commentaires, gag reel, et bonus ! (et je ne sais vraiment pas quoi penser de Welcome to Sanditon…. Je ne ressens pas du tout le même enthousiasme que j’avais pour LBD)

FLUFFY…

  Anna and the French Kiss de Stephanie Perkins (x)

“I’m a little distracted by this English French American Boy Masterpiece.”

  J’ai toujours voulu repousser la lecture de ce livre. Je savais que ça allait être super fluffy, adorable et mignon mais je n’avais pas envie de le lire à cause du prénom du love interest. Je sais, c’est une raison un peu nulle de ne pas lire un livre. Mais j’étais vraiment obsédée par un garçon qui portait ce prénom. Genre vraiment. Je sais que j’ai une tendance à l’obsession mais avec lui, j’étais genre psychopathe. Hum. Je ne suis pas fière de cette période. Rien que la pensée de cette période m’embarrasse. Surtout qu’elle a duré beaucoup trop longtemps. Il est l’une des raisons pour laquelle je n’utilise pas Facebook. Heh, il est LA raison pour laquelle je ne peux plus utiliser Facebook sans mourir d’embarras. La lecture de son prénom dans ce livre me faisait grimacer à chaque fois. Oui, à ce point. Je ne pouvais pas le dissocier de ce prénom. A cause de ce prénom, le personnage lui ressemblait dans ma tête. Physiquement. Côté personnalité, cela n’avait rien à voir. Par chance, le love interest est davantage appelé par son nom de famille que prénom. Ce livre donne une image très très romantique et édulcoré de Paris. J’aime beaucoup le côté pensionnat dans les YA. (cf Looking for Alaska de John Green) Le love interest était un peu trop parfait. Genre il est né en Amérique, a grandi en Angleterre et étudie à présent à Paris. Il parle anglais avec un accent britannique, et parfaitement français. SWOON. Parfait dans sa bilingualité. Sinon, il était assez confus, perdu dans ses choix et actions. Tout est un peu parfait dans ce livre, et les problèmes sont assez superficiels mais c’était tout ce que je recherchais. J’aime les petits moments ordinaires. Je n’ai pas trouvé ça niais du tout, mais plutôt réconfortant, simple et drôle.

Lola and the Boy Next Door de Stephanie Perkins (x)

« You’re delightfully screwy, and I wouldn’t have you any other way.”

Les nouvelles couvertures pour ces deux livres sont très sympas. Elles sont assorties à la couverture de Isla and the Happily Ever After, le troisième et dernier de cette série. D’ailleurs, je viens d’apprendre que Isla and the Happily Ever After vient encore d’être repoussé, pour 2014. L’auteur souffre de dépression et a eu quelques problèmes. J’ai beaucoup de peine pour elle, et j’attends son nouveau livre avec impatience. Qu’importe le temps qu’il faudra. J’achèterai probablement les trois livres quand ils sortiront tous avec leurs nouvelles couvertures. Elles sont tellement belles, et ces livres sont tellement réconfortants. C’est le genre de livre que je me vois bien relire quand je déprime. Lola and the Boy Next Door est, selon moi, un peu en dessous de Anna and the French Kiss. Toutefois, je tiens à dire que je préfère Cricket, le love interest de ce livre que le love interest d‘Anna and the French Kiss. C’est peut être dû à mon aversion pour un certain prénom ou mon adoration pour les garçons nerdy. Ou les deux. Certains moments semblaient un peu forcés dans ce livre. Des comportements de certains personnages étaient parfois hors personnages et mis en place uniquement pour faciliter la narration de l’histoire. L’héroïne est parfois un peu trop MPDG. Les amis d’enfance/voisins est un de mes tropes préférés. Donc j’étais plutôt contente mais je pense quand même que ça aurait pu être mieux exploité. Je ne m’attendais pas à revoir les personnage d’Anna and the French Kiss mais c’était une très belle surprise. C’était sympa et fun de les avoir toujours en arrière plan. Les liens que l’auteur a trouvé avec les personnages de Lola and the Boy Next Door et Anna and the French Kiss sont assez logiques et pas forcés du tout. Le troisième tome de cette série Isla and the Happily Ever After se focalisera sur Isla et Josh déjà rencontrés dans le premier tome. Et on reverra très probablement Anna, St Clair, Lola et Cricket !

MEH.

My Life Next Door de Huntley Fitzpatrick (x)

“It’s just whether you’re going to do a decent thing or keep doing shitty things. So choose. Just stop whining about it.”

Honnêtement, je ne comprends pas trop l’engouement autour de ce bouquin là. Ce livre n’a rien de spécial. J’ai l’impression d’avoir lu et relu ce même type de YA. C’est pour moi, le YA basique. En lisant ce livre, j’avais plus envie d’en finir pour passer à un autre. Il n’y avait rien d’innovant mais rien d’horrible non plus. Plutôt bien écrit. Des moments mignons. Des personnages sympathiques. Des adolescents assez responsables et ordinaires. Une relation entre les deux protagonistes plutôt saine et satisfaisante. Le drama autour des familles ne m’intéressait pas plus que ça. Et ce drama est un peu l’élément principal du livre donc… Je n’ai quasi aucun souvenirs de ce bouquin donc pas mémorable du tout. Au moins je n’ai pas de mauvais, horrible et traumatisant souvenir de la lecture de ce livre donc c’est déjà ça. C’était juste un peu plat, un peu dans la même veine que les YA de Sarah Dessen.

The Statistical Probability of Love at First Sight de Jennifer E. Smith (x)

« People who meet in airports are seventy-two percent more likely too fall for each other than people who meet anywhere else.”

Jennifer E. Smith a toujours des couvertures et des titres (très longs?) de livres assez attrayantes. Malheureusement le livre en lui même n’est pas à la hauteur des attentes. C’est ce que je constate d’après ces plus récents livres que j’ai lus. Je vous parlerai plus tard de This is What Happy Looks Like du même auteur. J’ai un avis plutôt mitigé concernant ce livre. La première moitié de ce bouquin est très agréable à lire, légère et drôle mais l’autre moitié est juste chiante. Je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages ou leur relation. J’admets  que Jennifer E. Smith a souvent de bonnes idées de livres suscitant mon intérêt mais l’exécution de cette idée est juste.. ugh. Elle ne va pas au bout de ces idées.  Et c’est dommage et frustrant parce que le principe de base est tellement riche et intéressant à exploiter.

FUCKED UP ?!?

The Coincidence of Callie and Kayden (The Coincidence, #1)

   The Coincidence of Callie and Kayden de Jessica Sorensen (x)

“I can do pain. That’s the easy part of life. It’s everything else, happiness, laughter, love, that’s fucking complicated.”

Depuis que j’utilise Goodreads, j’ai appris à mes propres dépens qu’il ne fallait pas trop se fier au nombre d’étoiles donnés par les lecteurs. Et ce livre en est une parfaite illustration. Ce livre est noté à 4.40 sur Goodreads. Et non, ce livre ne mérite absolument pas 4.40. Ce livre n’est pas super bien écrit. L’histoire est fucked up. Les deux personnages sont fucked up. En général, un seul personnage est fucked up, et l’autre tente de la/le sauver. Mais dans ce bouquin, les deux ont des problèmes fucked up. La fin de ce livre est fucked up. Mais, ce livre est bizarrement addictif et donc très rapide à lire. Je continuais de lire ce livre car je voulais voir à quel point ça allait être fucked up. Et yep, c’était assez fucked up. Et la suite de ce livre, The Redemption of Callie and Kayden  sort en Août. Je ne sais toujours pas si j’ai envie de le lire.

Thirteen Reasons Why de Jay Asher (x)

“You can’t go back to how things were. How you thought they were. All you really have is now.”

Je tiens tout d’abord à préciser que ce livre est bien écrit. Tous les livres dans la catégorie fucked up ne sont pas tous mal écrit. C’est souvent le cas, mais pour ce livre, ce n’est absolument pas le cas. L’idée de départ était pour moi fucked up. Déjà, j’ai eu du mal à lire ce livre car il y avait une alternance de point de vues. Les voix n’étaient pas assez distinctes l’une de l’autre. J’avais souvent besoin de relire certains paragraphes car je m’étais trompée de point de vue. Ce que j’ai retenu de ce livre est en gros que même les choses qui nous paraissent insignifiantes peuvent parfois avoir de lourdes conséquences pour d’autre personnes. Sauf que c’était vraiment de toutes petites choses insignifiantes et superficielles qui ne justifiaient pas forcément un suicide. Je ne comprends pas vraiment les raisons de son suicide. Ces raisons sont des choses assez ordinaires qui arrivent à beaucoup de monde, et tout le monde ne se suicide pas. Le fait d’envoyer des cassettes pour accuser certaines personnes de son suicide est fucked up. C’est elle qui a choisi de se suicider. Je n’ai pas du tout ressenti d’empathie pour la fille. C’était agaçant de la lire se plaindre encore et encore. Et ce qu’elle fait vivre au narrateur est juste horrible et totalement injustifié. Ce livre va apparemment être adapté en film, et c’est Selena Gomez qui aura l’honneur de jouer le personnage principal. yay.

Voilà tous les livres que j’ai lus au mois de Janvier. Si vous avez des livres à me conseiller, n’hésitez pas à me laisser un commentaire !

23 réflexions sur “I’ll tell you that I love you then I’ll tear your world apart.

    • MissChanandlerB. dit :

      J’ai lu ton avis. Et je tiens à préciser que j’ai lu ce bouquin dans une version ebook un peu bizarre car il n’y avait pas de distinction entre les deux points de vue. Dans ma version, les passages d’Hannah n’étaient pas en italique, rendant difficile de distinguer les deux voix. Surtout lorsque les deux voix s’entremêlent. Je comprends pourquoi tu as aimé. Personnellement, je ne me suis pas sentie investie dans cette histoire.

  1. Julia dit :

    Si tu aimes les polars, toute la série Harry Hole de Jo Nesbo… Et dans un autre genre, Just Kids de Patti Smith🙂

    • MissChanandlerB. dit :

      Je pense que j’aime un peu tous les genres. Je ne pense pas détester un genre, dans la mesure où c’est bien écrit, je peux tout lire. Mais il est vrai que je suis peut être plus tolérante avec les YA (surtout en anglais.). Okay, je vais les mettre sur ma liste ! Ohhh, j’ai beaucoup entendu parler de Just Kids de Patti Smith ! Tu m’as rappelé que je devais le lire, merci !

  2. Hajar dit :

    J’ai adoré cet article, j’en redemande ! J’ai lu les trois premiers que tu as présentés et je suis plutôt d’accord. Tous ceux que tu n’as pas aimé, j’étais déjà réticente quant à leur lecture, et tu n’as fait que me réconforter dans ma position. Vivement les prochains articles sur tes lectures !

    • MissChanandlerB. dit :

      Ouf. Je suis rassurée. Ce ne sont pas des critiques littéraires. Pas du tout. C’est très subjectif, très centré sur moi. Dès fois, je parle plus de moi que du bouquin en question. Mais je suis rassurée que quelqu’un qui écrit de vrais critiques littéraires apprécie mes petites remarques, réflexions, ressentis. J’essaye de rattraper mon retard mais ce n’est pas facile. Je suis en train d’écrire le mois de Février donc avec un peu de chance, il sera publié pour la semaine prochaine !

  3. Hajar dit :

    Je n’écris pas de vraies critiques littéraires, très loin de là !!!! Ce sont juste mes avis et ressentis, un peu comme toi, même que j’ai préféré les tiennes, ça m’a bien inspirée !

    • MissChanandlerB. dit :

      Mais je pense que ce sont des avis un peu plus objectifs que les miens. Et tu es « reconnue » pour tes avis littéraires. (« avis » est peut être plus approprié que « critique ») Et je pense que tu lis beaucoup de blogs littéraires donc je savais que mon article allait faire pâle figure à côté. Mais apparemment non donc merci ! Ça me donne encore plus envie de continuer à écrire ces articles.

  4. Laura dit :

    Pride and Prejudice, un de mes romans préférés. Il fait partie des livres que j’ai relu un nombre incalculables de fois (avec The Great Gatsby, The Catcher in the Rye et le Misanthrope de Molière). Bon, avec tous les avis dithyrambiques que j’entends sur The Book Thief, je vais devoir le lire. En fait, je dois avouer qu’il ne me tente pas juste parce qu’il prend pour contexte la Seconde Guerre Mondiale et qu’honnêtement, j’en-peux-plus des romans sur la Seconde Guerre Mondiale.
    Mais je le lirai un jour, c’est sûr.
    Je plussoie les commentaires juste avant. Je te conseille « Just Kids » que j’ai commencé et qui est très poétique, très bien écrit.
    Je te conseille aussi Beauty Queens de Libba Bray mais avec plus de précaution parce que l’humour est VRAIMENT déjanté. Un peu à la Austin Power. Et les héroïnes du livre ont des réactions complètement connes/creepy/inappropriées. L’auteur dénonce par là la société de consommation qui abrutie les gens ; elle fait aussi un véritable pamphlet féministe en dénonçant les critères de beauté actuels et l’image de la femme dans l’Amérique encore très puritaine. J’ai beaucoup aimé parce que ce sont des thématiques qui sont peu abordés dans le YA et qu’en plus, c’est rare qu’une auteur de YA dévoile ses convictions dans son oeuvre. D’habitude le YA, c’est quand même très consensuel, la plupart du temps.

    • MissChanandlerB. dit :

      Il n’y a pas beaucoup de livres que je relis. J’ai déjà tellement de livres à lire. En général, je relis des passages mais rarement, le livre en entier.
      Plus il y a un engouement autour d’un livre, plus j’aurais tendance à être réticente. Mais en général,je succombe et je suis l’opinion commune. (cf Divergent, The Hunger Games, etc…) Après, il y a des exceptions bien sûr… (cf Fifty Shades of grey)
      J’ai encore plus envie de lire Just Kids !
      J’admets que tu m’as intrigué avec Beauty Queens. J’essaierai de le caser dans mon Reading Challenge 2013. (J’essaierai… C’est presque déjà overbooké.)

You give away nice like it doesn't cost you anything.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s