Skip to content

We accept the love we think we deserve.

novembre 14, 2014

J’ai toujours été intéressée par des garçons qui ne s’intéressaient pas à moi. Je n’avais que des réponses monosyllabiques et jamais de questions en retour. J’envoyais toujours, et il n’envoyait que pour me demander un devoir, le numéro de la salle ou une question administrative. Je lui parlais quand il préférait parler à quelqu’un d’autre.  Ce quelqu’un d’autre était souvent mon opposé* : grande, fine, blonde, jolie.

Peut être que je n’étais pas assez bien. Pas assez jolie, intéressante, intelligente, drôle. Bien sûr qu’il n’est pas intéressé par moi. Pourquoi le serait-il ? Pourquoi prêterait-il attention à moi ? Je suis moi, et je ne mérite pas qu’on me prête attention. J’ai longtemps pensé ça à propos de moi. J’ai longtemps vécu avec ce mal être.

Puis j’ai rencontré quelqu’un qui me regarde comme si je comptais plus que tout au monde. Quelqu’un qui me choisit et qui choisit de me choisir tous les jours. Quelqu’un pour qui ma présence n’est pas une tare à supporter mais un privilège.

Et je ne pensais pas que je méritais cette personne. J’ai eu du mal à ne pas tourner en dérision ces mots. J’ai eu du mal à ne pas détourner mon regard quand il me regardait. J’ai eu du mal à accepter qu’une personne puisse autant m’aimer. Et je me suis dit que peut être, peut être que je méritais qu’on me prête attention. En théorie, je savais tout ça avant lui. Mais en pratique, j’avais des doutes car je n’avais aucune preuve tangible de cette théorie. C’était juste une hypothèse dont j’avais besoin de croire pour avancer.

Je suis ensuite arrivée à Toronto, et le même schéma s’est reproduit. J’ai tenté de me lier d’amitié avec quelqu’un, et cette personne se comportait exactement comme tous ces autres garçons. Je n’étais là que parce que mon opposé n’était pas disponible. Tous mes propos étaient sans intérêt, méritant à peine d’être écoutés contrairement à ceux de mon opposé pour qui tous les actes, faits, gestes et propos semblaient fascinants pour lui. Ma présence ou bien absence n’était jamais remarquée. Je n’étais pas blessée ou jalouse de mon opposé. J’étais désolée pour lui. J’étais désolée car mon opposé s’en fiche clairement de lui. Mon opposé ne s’intéresse pas à lui comme lui ne s’intéresse pas à moi. Elle est juste polie, polie comme tous ces autres garçons. J’étais désolée pour lui car je suis une très bonne amie, le genre qui t’aide pour une question administrative mais qui peut également te servir d’épaule quand mon opposé te traitera comme si tu n’étais pas assez bien pour elle. Je suis désolée pour lui car il aurait pu avoir une bonne personne à ses côtés.

J’ai accepté le fait qu’il y aura juste des gens qui ne m’aimeront pas, que je n’avais pas besoin de changer pour qu’ils m’aiment car ils ne m’aimeront jamais et que ce n’était pas de ma faute. Je n’ai pas besoin de ces gens dans ma vie. S’ils ne pensent pas que je mérite d’être à leurs côtés, tant pis pour eux. Je sais que je suis une femme forte, intelligente et sensuelle et que je mérite d’être entourée de gens pour qui je compte.

*Je n’ai rien contre les filles qui correspondent à cette description. Il s’avère juste que ces garçons préfèrent toujours ce genre de fille à moi. Toujours. Coïncidence ou joïncidence avec un « c » ?

I love you more than I hate everything else.

octobre 24, 2014

Nous sommes en fin Octobre, et j’ai 12 livres de retard. J’ai lu 69 (emoji pervers. Vous savez très bien à quel emoji je fais référence.) livres sur les 100 que je suis censée lire pour l’année 2014. Les probabilités sont définitivement contre moi. Vous pouvez dès à présent parier pour ou contre moi. Bonus : vous pouvez même essayer d’estimer le nombre de livres que je vais lire. La personne la plus proche aura un beau cadeau !

C’est ma façon de compenser le fait que je ne vais probablement pas finir le sub challenge de mon Reading Challenge qui était de lire dix livres proposés par vous. (emoji en pleurs)

Je n’ai pas lu beaucoup de livres en Juillet 2014. Et je lis de moins en moins de YA. Ça m’est un peu passé. Donc les gens qui lisent ces articles principalement pour des recommandations YA vont être un peu déçus.

READING CHALLENGE : JUILLET 2014

Calvin ad Hobbes

Calvin and Hobbes #1 (x) & Something Under The Bed is Drooling #2 (x) by Bill Watterson

“People who get nostalgic about childhood were obviously never children. ”

Je pense souvent à Calvin & Hobbes. Principalement parce que Calvin & Hobbes est mon screenlock. Et mon Iphone se trouve généralement dans la paume de ma main. Je suis à un point où mon Iphone est devenu une extension de ma main. Cet été, j’ai eu envie de lire tous les tomes de Calvin & Hobbes dans l’ordre. Je pense que vous connaissez déjà toutes mon amour pour Calvin & Hobbes à présent. J’en ai déjà beaucoup parlé dans cet article. J’aime toujours autant Calvin & Hobbes. Et lire Calvin and Hobbes fait partie de ces choses qui ne manqueront jamais de me remonter le moral. Un peu comme regarder un épisode de The Simpsons ou Friends. Je me sens à la maison quand je lis Calvin and Hobbes. C’est très réconfortant en plus d’être drôle et brillant.

Landline by Rainbow Rowell (x)

“How does anyone ever know whether love is enough? It’s an idiotic question. Like, if you fall in love, if you’re that lucky, who are you to even ask whether it’s enough to make you happy?”

Je préfère les YA de Rainbow Rowell à ces romans romantiques plus destinés à des adultes. Je préfère Eleanor & Park et Fangirl à Attachments et Landline. Mais cela reste du Rainbow Rowell donc cela ne peut pas être mauvais. Rainbow Rowell est excellente et l’une d’entre nous. Ces romans visant un public plus adulte sont plus réalistes et peut être moins mignons que ces YA. D’une certaine façon les personnages principaux de Landline m’ont un peu fait penser à une version d’elle et son mari. Si vous la suivez sur Twitter (si vous ne la suivez pas, qu’attendez vous ?! Son Twitter me fait encore plus aimer Rainbow Rowell et je ne pensais pas que c’était possible) , vous avez probablement entendu parler de Kai, son mari parfait. (quelques exemples de sa perfection ici, ici et ici) Et c’est vrai qu’il y a quelque similitudes entre Kai et Neal et Georgie et elle. Soyez attentives pendant la lecture de Landline, sinon vous pourriez manquer deux de nos personnages préférés crées par Rainbow Rowell. Je n’en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise.

 

This Is Where I Leave You by Jonathan Tropper (x)

“Even under the best of circumstances, there’s just something so damn tragic about growing up. »

J’ai décidé de lire ce livre après avoir vu le trailer de This is Where I Leave You. Le cast de ce film est quasiment une liste de mes gens préférés : Tina Fey, Ben Schwartz, Adam Driver, Jason Bateman, et tout le cast en général. Je fais partie de ces gens énervants qui préfèrent lire le livre avant de voir le film pour pouvoir ensuite dire « Le livre est meilleur ! ». On déteste ces gens, comme les gens qui ont lu tous les GoT. On a compris : Vous êtes de meilleurs êtres humains que nous. Connaissant le casting, c’était fun de pouvoir visualiser des passages du livres avec les acteurs. Je voyais totalement Adam Driver faire ça, ou j’étais curieuse de voir comment Jason Bateman allait jouer cette scène. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion d’aller le voir. Une place de cinéma coûte plutôt cher ici. Enfin, il est vrai que j’ai aussi l’habitude de payer 4€90 pour voir un film. (certains savent probablement à présent dans quel cinéma je traîne.) Je suis par contre allée voir Gone Girl qui est juste extraordinaire. Et c’était peut être même plus intéressant de le voir sans avoir lu le livre. Je pense que vous aurez envie de lire le livre après et tous les autres livres de Gillian Flynn. Après le film, j’ai beaucoup écouté la soundtrack de Gone Girl. Trent Raznor et Atticus Ross, dude. Ils sont aussi derrière la soundtrack de The Social Network que j’avais adoré. La soundtrack de Gone Girl donne une atmosphère angoissante et oppressante à tous mes faits et gestes. C’est assez génial.

Dumbledore’s Army Reunites at Quidditch World Cup Final by J.K Rowling (x)

Cela fait toujours plaisir de retrouver l’univers de Harry Potter et ses personnages. On aime détester Rita Skeeter et on déteste l’aimer. Cet article est très drôle. Et c’était vraiment cool et un peu émouvant de retrouver ses personnages et de voir où ils en sont dans leurs vies. Cet article m’a vraiment fait manquer Harry Potter. J’aime beaucoup me faire l’intégrale d’Harry Potter lorsqu’on se rapproche de la période de Noël. J’associe toujours Harry Potter à Noël. Il y a juste quelque chose de magique à Noël. Quand je suis à Poudlard, je suis à la maison. Sauf que je ne serai pas vraiment à la maison ce Noël. Cela sera mon premier Noël sans ma famille, ce qui est bien sûr légèrement triste. Mais bon, je passerai Noël dans une ville cool avec quelqu’un de cool. Ce n’est pas comme si je passais Noël seule dans mon dortoir.

Twisted by Emma Chase (x)

“Falling in love is easy, staying in love is hard. »

Je n’ai toujours pas compris pourquoi j’avais autant aimé Tangled. Et je ne suis pas la seule d’ailleurs. Tangled a même eu un Goodreads Choice Award. Ça vaut ce que ça vaut. C’était drôle, sexy et plutôt bien écrit. La suite de Tangled, Twisted est une grosse déception. J’avais envie de tuer tous les personnages. Ils étaient tellement stupides. Et ce livre est tellement stupide. Tout est tellement prévisible. Après cette déception, j’hésite vraiment à donner une seconde chance à Emma Chase et lire la suite de cette série. C’est vrai qu’elle m’avait agréablement surprise avec Tangled. Ugh, je ne sais vraiment pas. Twisted était tellement trash et horrible.

Reading Challenge 2014 : Janvier (x), Février (x), Mars & Avril (x), Mai (x), Juin (x)

Reading Challenge 2013 : (x)

I miss you. I’m going back home to the West Coast.

octobre 19, 2014

tumblr_mwaf655wC81qe2ha5o1_500

J’ai le sentiment que je n’ai pas le droit de me plaindre. Je suis censée m’amuser, rencontrer plein de gens, visiter plein d’endroits et sortir tous les soirs. Puis je dois poster des photos de moi en train de m’amuser sur Facebook, et vous écrire un compte rendu avec de belles photos.

Et je pensais vraiment que je serai cette personne.

Mais je ne peux pas. Ce n’est juste pas moi. J’ai l’impression d’être une ingrate qui ne sait pas la chance qu’elle a si j’émets ne serait ce qu’un petit reproche. Et peut être que c’est vrai.

Ne vous détrompez pas, j’aime beaucoup ma vie à Toronto. C’est très cool. J’ai juste ce sentiment que je n’en profite pas pleinement mais je n’ai pas forcément envie de faire quoi que ce soit avec ce sentiment. Je pense m’être installée dans une routine plutôt confortable. Je suis plutôt occupée avec les cours. Toutes les semaines, j’ai un livre à livre, un essai à écrire, un test à réviser ou les trois en même temps.

J’aime beaucoup l’endroit où je vis. C’est magnifique et situé sur le campus. J’ai Yolanda qui me change mes draps et nettoie ma chambre toutes les semaines. Mais la personne dont je suis également la plus proche dans cette résidence est probablement Yolanda. J’ai un peu de mal à me lier d’amitié avec les autres filles de mon étage. Principalement car je les croise seulement dans la salle de bain le matin très tôt ou le soir très tard et ce n’est jamais propice aux longues conversations.

J’aime beaucoup mes cours. Je les trouve très intéressants. Mais j’ai également pris le maximum de cours autorisés pour un étudiant en échange et j’ai donc beaucoup de travail. Je ne sais plus à quand remonte la dernière fois que j’ai lu pour moi et non pour les cours.

J’aime beaucoup mes nouveaux amis. Quand je suis dans un état second. C’est peut être la réalisation la plus difficile pour moi. Je ne sais pas vraiment si j’aime vraiment mes nouveaux amis ou si je les aime uniquement par défaut. C’est horrible, je sais. Pas tous, je vous rassure. Il y a des amis que j’aime en étant sobre. Mais il y en a quand même pas mal que je n’apprécie que lorsque je suis dans un état pas tout à fait normal. Et vous savez quoi ? Les gens apprécient davantage Drunk!Cécile que Sober!Cécile. Probablement parce que Drunk!Cécile aime d’amour tout le monde dans le bar. Tandis que Sober!Cécile est un être humain bizarre et awkward qui fixe les gens sans dire un mot, les mettant ainsi mal à l’aise.

Et j’ai vraiment l’impression d’être une ingrate car j’ai envie que le premier semestre se termine vite. J’ai envie d’en finir avec ces deux mois qui me restent. Et je ne devrais pas vouloir en finir avec, je devrais profiter de chaque seconde ici.

Mais dans deux mois, je vais à San Francisco.

Dans deux mois, je vais enfin pouvoir l’embrasser pour la première fois depuis une éternité. Dans deux mois, je vais regarder le dernier film de la trilogie The Hobbit avec la personne la plus adorablement nerdy au monde. Dans deux mois, je vais passer mon premier Noël avec la personne qui m’a le plus manqué. Dans deux mois, je serai enfin avec la personne qui me fait sourire bêtement à chaque fois que je le regarde.

Dans deux mois.

Une part de moi est très excitée et impatiente à cette idée. Une autre part de moi a des remords de vouloir que le temps passe plus vite.