Skip to content

I miss you. I’m going back home to the West Coast.

octobre 19, 2014

tumblr_mwaf655wC81qe2ha5o1_500

J’ai le sentiment que je n’ai pas le droit de me plaindre. Je suis censée m’amuser, rencontrer plein de gens, visiter plein d’endroits et sortir tous les soirs. Puis je dois poster des photos de moi en train de m’amuser sur Facebook, et vous écrire un compte rendu avec de belles photos.

Et je pensais vraiment que je serai cette personne.

Mais je ne peux pas. Ce n’est juste pas moi. J’ai l’impression d’être une ingrate qui ne sait pas la chance qu’elle a si j’émets ne serait ce qu’un petit reproche. Et peut être que c’est vrai.

Ne vous détrompez pas, j’aime beaucoup ma vie à Toronto. C’est très cool. J’ai juste ce sentiment que je n’en profite pas pleinement mais je n’ai pas forcément envie de faire quoi que ce soit avec ce sentiment. Je pense m’être installée dans une routine plutôt confortable. Je suis plutôt occupée avec les cours. Toutes les semaines, j’ai un livre à livre, un essai à écrire, un test à réviser ou les trois en même temps.

J’aime beaucoup l’endroit où je vis. C’est magnifique et situé sur le campus. J’ai Yolanda qui me change mes draps et nettoie ma chambre toutes les semaines. Mais la personne dont je suis également la plus proche dans cette résidence est probablement Yolanda. J’ai un peu de mal à me lier d’amitié avec les autres filles de mon étage. Principalement car je les croise seulement dans la salle de bain le matin très tôt ou le soir très tard et ce n’est jamais propice aux longues conversations.

J’aime beaucoup mes cours. Je les trouve très intéressants. Mais j’ai également pris le maximum de cours autorisés pour un étudiant en échange et j’ai donc beaucoup de travail. Je ne sais plus à quand remonte la dernière fois que j’ai lu pour moi et non pour les cours.

J’aime beaucoup mes nouveaux amis. Quand je suis dans un état second. C’est peut être la réalisation la plus difficile pour moi. Je ne sais pas vraiment si j’aime vraiment mes nouveaux amis ou si je les aime uniquement par défaut. C’est horrible, je sais. Pas tous, je vous rassure. Il y a des amis que j’aime en étant sobre. Mais il y en a quand même pas mal que je n’apprécie que lorsque je suis dans un état pas tout à fait normal. Et vous savez quoi ? Les gens apprécient davantage Drunk!Cécile que Sober!Cécile. Probablement parce que Drunk!Cécile aime d’amour tout le monde dans le bar. Tandis que Sober!Cécile est un être humain bizarre et awkward qui fixe les gens sans dire un mot, les mettant ainsi mal à l’aise.

Et j’ai vraiment l’impression d’être une ingrate car j’ai envie que le premier semestre se termine vite. J’ai envie d’en finir avec ces deux mois qui me restent. Et je ne devrais pas vouloir en finir avec, je devrais profiter de chaque seconde ici.

Mais dans deux mois, je vais à San Francisco.

Dans deux mois, je vais enfin pouvoir l’embrasser pour la première fois depuis une éternité. Dans deux mois, je vais regarder le dernier film de la trilogie The Hobbit avec la personne la plus adorablement nerdy au monde. Dans deux mois, je vais passer mon premier Noël avec la personne qui m’a le plus manqué. Dans deux mois, je serai enfin avec la personne qui me fait sourire bêtement à chaque fois que je le regarde.

Dans deux mois.

Une part de moi est très excitée et impatiente à cette idée. Une autre part de moi a des remords de vouloir que le temps passe plus vite.

She may contain the urge to run away.

septembre 20, 2014

IMG_0986

Je peux vous écrire un article en vous racontant à quel point tout est parfait. Et j’aimerais vraiment écrire cette version édulcorée mais ça ne serait pas la vérité.

Ceci est la vérité.

(Hazel et Gus m’ont donné quelques conseils sur comment raconter une histoire.)

Je déteste les au revoir. Je suis toujours la personne qui pleure, la personne qui rend triste, la personne qui tue un peu l’autre. J’aimerais être la personne qui se retient de pleurer pour ne pas rendre l’autre plus triste, la personne qui sourit sans y croire, la personne qui dit que tout ira bien en prenant l’autre dans ses bras. J’aimerais être cette personne forte. Mais je suis la personne qui blesse dans les au revoir et je déteste blesser les gens que j’aime.

Dire au revoir aux personnes les plus importantes de ma vie a été difficile mais pas aussi difficile que de dire au revoir à la personne qui me rend le plus heureuse au monde. Sur une échelle de 1 à 10, lui dire au revoir était un 9. Je conserve mon grand et terrible 10.

Je suis heureuse au Canada. Je suis heureuse quand je fais de nouvelles rencontres. Je suis heureuse quand je passe une bonne soirée avec des gens que je peux à présent appeler amis. Mais je ne suis pas aussi heureuse que lorsque je suis avec cette personne. Et c’est quelque chose que j’ai toujours su et que j’ai toujours craint. Une part de moi espérait que cela soit faux. C’est terrifiant de savoir qu’une seule et unique personne est capable de me rendre tellement heureuse. Et c’est également incroyable de l’avoir rencontrée.

IMG_0468

 Je me suis rarement sentie aussi seule dans ma vie que lors des premiers jours. J’étais seule dans une ville que je ne connaissais pas. Je me sentais seule dans ma chambre alors que je n’ai jamais vécu avec autant de gens autour de moi. Je me sentais seule, et je recevais des messages d’une personne qui m’aime et à qui je manque. J’ai très peu d’attaches à Paris, peu de gens qui me manquent vraiment. Je n’ai pas d’endroit que je considère véritablement comme ma maison. Mais quand je suis avec cette personne, je suis à la maison. Et ma maison me manquait.

Tout ira bien. Ça ne sera pas toujours comme ça.

C’est simple, naïf et commun mais c’est ce que je me répétais quand j’étais triste.

Et c’est vrai. Tout va mieux. Je ressens toujours ce manque, mais je pense que ça ne partira jamais vraiment.

J’ai rencontré quelqu’un, et ce quelqu’un a entraîné un autre quelqu’un et ainsi de suite. J’ai rencontré des gens avec qui je passe mon temps libre, des gens qui m’invitent à boire le soir et des gens avec qui le premier échange sera probablement également le dernier. Qu’importe, je ne me sens plus seule et c’est ce qui compte.

(Ma rencontre la plus surprenante est définitivement avec l’une d’entre vous. Une lectrice m’a reconnue ici, au Canada. C’est assez géniale et surréaliste.)

IMG_0659

 J’ai appris à connaître Toronto mais je sais que je n’ai encore rien vu et qu’elle me réserve encore de belles surprises. Je me suis rendue en pèlerinage aux Niagara Falls. Jim et Pam ont échangé leurs vœux ici ! Jim et Pam se sont mariés ici ! Jim et Pam est un couple fictionnel ! (SHUT YOUR DAMN MOUTH!)

Je n’ai presque plus besoin d’une carte pour m’orienter sur le campus. Mes cours promettent d’être à la fois intéressants et exigeants en terme de travail. J’ai eu quelques soucis avec le choix de mes cours, ce qui était extrêmement stressant pour une personne névrosée. Ces problèmes sont à présent réglés et je suis satisfaite avec tous mes cours.

Mes cours à Paris paraissent bien fades à côté. Fades n’est pas le bon terme mais tellement pareils, routiniers, sans surprises. Cette timeline ne m’intéresse plus.

Je prends goût à vivre seule et en particulier la liberté qu’elle apporte. C’est dans très longtemps donc je n’ai pas envie d’y penser. Mais vivre de nouveau avec mes parents va probablement être très dur après cette année de liberté et d’indépendance.

Il m’arrive d’être triste, de me sentir seule, d’avoir le sentiment de ne pas être à ma place mais je ne regrette aucun de mes choix. Ces choix ont mené à cet instant, cette année, cette expérience.

Et j’aime mes choix.

(Je tenais à remercier Hazel Grace et Augustus Waters pour leurs conseils sur la narration d’une histoire.)

IMG_0418

C’est ridicule le nombre de photos d’écureuils que je possède sur mon téléphone. Je ne cesse d’être émerveillée par ces écureuils et de les prendre en photo à chaque fois que j’en rencontre un. Et ils sont partout sur le campus. Si j’envoie encore une photo d’écureuil à mon BF ou ma BFF, ils vont probablement me bloquer sur What’s App.

Mais je suis tellement fascinée !

(Fuck them. Je vais leur envoyer des photos d’écureuils sur Snapchat.)

Protégé : Ily.

août 21, 2014

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :